Politique

Tensions campagne électorale : L’OGDH s’inquiète

 

DÉCLARATION

L’Organisation Guinéenne de Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen -OGDH- comme tous les citoyens honnêtes de la République de Guinée est profondément préoccupé par la tension sociopolitique qui prévaut actuellement suite à la préparation des élections législatives.

En effet, des constats ont été faits sur le recensement des électeurs et le découpage électoral qui pourraient fausser le résultat des votes prochains.

 

Cette situation violerait de façon flagrante les normes des Nations Unies relatives aux droits de l’Homme concernant les élections en général fondées principalement sur la déclaration universelle des droits de l’Homme et le Pacte International relatif aux droits civils et politiques.

 

Les normes de base en matière électorale sont au nombre de trois (3) :

Le droit de prendre part à la direction des affaires publiques,

Le droit de voter et d’être élu, et

Le droit d’accéder, dans des conditions d’égalité aux fonctions publiques.

En effet, en République, la volonté du peuple souverain est le fondement de l’autorité de pouvoir

public. Pour respecter ces droits de l’Homme, il faut des élections démocratiques, sans

discrimination.

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (art 2) et le Pacte International relatif aux

droits civils et politiques (art 2) prévoient que la jouissance de ces droits se fait sans distinction

aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de

toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre

situation.

La constitution guinéenne aussi reconnaît aux citoyens de notre pays le droit égal de jouir de ces

trois (3) droits politiques fondamentaux (art 2, 8, 22 et 24).

Au niveau de la CEDEAO, il ya aussi des normes précises pour une bonne gouvernance surtout

grâce aux élections honnêtes.

La République de Guinée qui est partie à ces normes nationales régionales et universelles doit tout

faire pour les respecter surtout vu la situation socio-politique avec la déchirure du tissu social qui

met dos à dos des guinéens.

Il faut un recensement juste, non discriminatoire. Un découpage électoral permettant des élections

honnêtes dans les procédures et les effets.

L’OGDH en appelle au Pouvoir et à l’opposition afin d’accepter de s’asseoir et poser leurs problèmes

sans passion en ne pensant qu’au pays. En effet, un entretien pour éclairer la situation, la calmer,

crée la confiance et aller en paix à l’élection, au lieu de créer des situations conflictuelles très

dangereuses.

Elle en appelle au chef de l’État, garant de la constitution et de tous les textes normatifs dont la

République est partie pour qu’il les respecte et les fasse respecter scrupuleusement par toutes les

autorités.

En République de Guinée on dirait que l’on vote simplement pour des questions d’argent. « Votons

pour avoir tel FED ! » entend on ! Non ! Nous votons plutôt pour avoir un État normal qui doit

gérer de façon démocratique le pays, libérer toutes les potentialités pour le développement.

Réconcilier les hommes entre eux et entre eux et le Pouvoir ce qui développera plus de synergie et

décrispera les sujets de développement.

L’OGDH en appelle aux partenaires bi et multilatéraux de la République de Guinée afin qu’ils se

penchent davantage, avec expertise sur les problèmes de Guinée. Certes, il s ont contribué

positivement à l’entente par l’accord obtenu grâce à eux le 3 juillet 2013.

L’OGDH en appelle à toutes les forces vives de la République de Guinée afin qu’elles se mobilisent

pour obtenir des élections acceptables par la grande majorité et ainsi éviter tout calvaire à notre

peuple qui a tant souffert.

Le Président

Dr Thierno Maadjou SOW

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top