Politique

Ebola en Guinée ; les Démocrates Guinéens déplorent le comportement de l’Etat Guinéen

C’est dans une déclaration que le parti, les démocrates guinéens a fait savoir ses regrets par rapport au comportement de l’Etat guinéen dans la gestion de la fièvre hémorragique Ebola et la fermeture de la frontière guinéo-sénegalaise par les autorités de Dakar.

Lisez 

 

Déclaration des Démocrates guinéens relative à la fièvre hémorragique Ebola

Nous constatons avec beaucoup de douleur que la fièvre hémorragique
Ebola, une des maladies les plus dangereuses du monde, qui n’a ni
remède ni vaccin ait déjà attaqué plus de 120 citoyens guinéens depuis
janvier 2014 tuant la plupart d’entre eux.

Nous déplorons le comportement de l’État guinéen qui a attendu trop
longtemps avant d’agir, plus de 2 mois pour simplement identifier
cette maladie.

Nous déplorons le comportement de l’État sénégalais qui a fermé assez
rapidement ses frontières avec la Guinée, avant même la Côte d’Ivoire
située à proximité de la Guinée forestière, épicentre de la maladie.

En déplorant cette précipitation, nous pouvons comprendre et saluer
même la volonté de l’État sénégalais de protéger son peuple en fermant
ses frontières avec la Guinée, mais nous ne pouvons ni comprendre, ni
accepter, ni tolérer… qu’au même moment deux hommes publics
sénégalais, le Directeur général de la Société de téléphonie mobile
« Orange-Guinée », Alassane Diene et le chanteur Youssou Ndour tentent
de regrouper des milliers de Guinéens au Palais des Nations dans un
concert où la présence d’un seul malade dans la foule serait
catastrophique.

Nous n’apprécions donc pas l’action d’Alassane Diene et Youssou Ndour
qui a failli faire propager à grande échelle le virus mortel d’Ebola
dans la capitale guinéenne à travers leur concert programmé le 29 mars
passé.

Comment ces Sénégalais peuvent-ils oser prendre très, très au sérieux
cette maladie d’Ebola à Dakar où elle n’est jamais arrivée et la
banaliser à Conakry où elle a déjà fait assez de victimes ?

Nous demandons au gouvernement guinéen de toujours bien s’assurer de
la bonne volonté, du savoir et du savoir-faire des hommes et femmes
qu’il autorise à investir dans notre pays.

Nous saluons l’action du gouvernement guinéen qui a annulé ce concert
qui allait grandement porter préjudice aux habitants de Conakry et au
peuple de Guinée.

Nous demandons au gouvernement guinéen d’appliquer immédiatement et
systématiquement toutes les mesures permettant à nos concitoyens
d’éviter cette maladie et de l’éradiquer dans le pays : enseigner les
comportements à observer envers les malades et leurs corps, fermer les
boites de nuit et les maquis, sensibiliser les consommateurs de viande
de brousse comme margouillats, sauves-souries, rats, singes… à
cesser jusqu’à nouvel ordre comme les consommateurs de poulets avaient
fait pendant que la grippe aviaire sévissait…

Nous demandons à la Communauté économique des États de l’Afrique de
l’Ouest (CEDEAO), à l’Union africaine, à la France, à l’Union
européenne, aux Nations unies, aux États-Unis d’Amérique et à toutes
les bonnes volontés de déployer leur force pour aider la Guinée à
éviter la moindre nouvelle contamination pour éradiquer cette maladie.

Que Dieu bénisse et protège la Guinée et les Guinéens !

Conakry, le 31 mars 2014

Le Président des Démocrates guinéens

Abdourahamane Bakayoko

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top