Politique

Fièvre Ebola : L’UNFPA outille les médias sur l’épidémie

L’UNFPA en collaboration avec le ministère de la santé et de l’Hygiène publiques a organisé un atelier d’orientation des professionnelles de la communication sur la Fièvre Hémorragique Ebola. C’est ce mardi 1er avril à la maison commune des journalistes. 

 

C’est devant un parterre de journalistes que la représentante résidente de l’UNFPA en Guinée Dr Edwige Adekembi, a planté le décor de cette rencontre avec les hommes des Medias. Dans son introduction, elle a tenue a remercié le département de la santé pour l’initiative de réunir les médias pour mieux les outillé sur les mesures à entreprendre pour éradiquer la fièvre Ebola. « Cette initiative vise à vous accompagner dans votre fonction. C’est-à-dire, relayer au bon moment de bonnes informations issues des bonnes sources. L’arrêt de ce virus n’aura lieu que lorsque toute la population adopte les mêmes mesures préventives de la maladie », a-t-elle précisé.  

Pour sa part le directeur nationale du service de la promotion de la Santé M. Rafiou Diallo a au non de son département invité la presse à diffuser les différents modes de transmission et de prévention de cette pandémie. Il a aussi suggéré aux médias de sensibiliser les citoyens d’éviter les déplacements dans les zones affectés. M. Diallo a élaboré quelques signes relatifs à l’épidémie dont entre autres, la fièvre, maux de tête (céphalées), fatigue générale, douleurs musculaires ou articulaires, maux de gorge, nausées et vomissement, diarrhées, éruptions cutanées… .

Faisant la description de cette fièvre, il fait savoir que c’est une maladie contagieuse très dangereuse surtout pour les femmes enceintes et les enfants. Pour ce qui est de son mode de transmission, il a souligné qu’elle se transmet à travers les selles, le sang, l’urine, la salive, la sueur, le sperme, les vomissures, autres sécrétions biologiques et des objets souillés d’une personne malade à une personne saine. Ensuite, le directeur national du service de la promotion de la Santé a vivement déconseillé les citoyens de manger la viande des animaux de la brousse comme les sauves souris, les rongeurs (rats, souris, porc épics, les singes et les chimpanzés).      Présent à cet atelier, le chef de division prévention de la maladie, Dr Sakoba Keïta est revenue sur l’évolution de l’épidémie. A en croire Dr Keïta, la statiques de l’épidémie se présente comme suit : sur 122 cas enregistré il y a eu 80 cas de décès dont Guekédou 77cas – 55décès, Macenta 23 cas – 14décès, Kissidougou 8cas-5décès, Dabola 2cas-2décès, Dinguiraye 1cas-1décès et Conakry 11cas-3décès.

Au cours de cet atelier, un film sur la recherche de la fièvre hémorragique en Guinée a été projeté par Dr Mohamed Shako expert en maladie hémorragique. Avant de revenir sur les dispositions à prendre pour éviter la propagation de la maladie par la protection individuelle et collective. « Mettre la barrière entre la personne infecté et les personnes saines. La consultation des malades doit être très brève et le prélèvement ne doit pas être fait par n’importe qui et n’importe où et n’importe comment car il est rapidement mortel et son risque de propagation est très immense. Les malades doivent être dans un milieu protégé et isolé », a-t-il conseillé.

Ibrahima Bah    

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top