Politique

Fièvre Ebola : ce que pensent les religieux

Les leaders religieux sont sensibles aux problèmes qui secouent la Guinée. C’est dans ce cadre qu’une rencontre de sensibilisation et de restitution a eu lieu ce lundi 07 avril au département du secrétariat général des affaires religieuse.

« Quant nous recevons une information fiable des autorités indiquées pour lutter contre la fièvre Ebola, il va sans dire que le secrétariat est doté de canaux lui permettant de transmettre le message au village le plus reculé de la Guinée à un temps record » souligne le directeur national de WAQF Dr Lamine Diallo.

 

Si les scientifiques s’accordent à penser qu’il s’agit bel et bien d’une maladie dont le coupable serait la chauve-souris frugivore et que la répartition géographique des épidémies correspondrait tout à fait à la localisation des populations de chiroptères, cela n’en est pas pour les religieux.

« Premièrement c’est une épreuve de la part de Dieu qui veut nous tester si on est croyant même en temps de difficulté. Ensuite, c’est une sanction divine parce que Dieu nous a soumis à une ligne de conduite, si on faillit à cette conduite, il faut s’attendre à une sanction » ajoute Dr Lamine Diallo

Ces derniers temps, des rumeurs selon lesquelles cette année les guinéens n’effectueront pas de pèlerinage à la Mecque en raison de la fièvre Ebola, planaient sur toute l’étendue du territoire. La rencontre de ce lundi a ainsi permis aux religieux d’éclairer les lanternes. Pour le secrétaire général des affaires religieuses, il n’y a pas de raison à se paniquer, la Guinée n’est pas le seul pays à se retrouver dans cette situation. « Espérons que d’ici là, l’Arabie saoudite revienne sur sa décision » souligne El hadj Abdoulaye Diassy.

« On demande Au Bon Dieu pour que cette épidémie ne perdure jusqu’à l’approche des pèlerinages » implore le secrétaire général adjoint aux affaires religieuses El hadj Aboubacar Fofana.

L’épidémie hémorragique Ebola depuis ses premières identifications en janvier en guinée forestière, dans la capitale Conakry ainsi que dans d’autres villes à l’intérieur du pays a fait au moins 86 morts. Cependant la riposte contre l’épidémie se poursuit, Les autorités gouvernementales en appui avec les services sanitaires de Médecins sans frontières mettent le bouché-double pour enrayer la fièvre. Les populations elles, sont appelées aujourd’hui à être solidaires pour pouvoir vaincre cette maladie nous a confié un religieux.

Mohamed Damaro Camara.

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top