Politique

Marché d’importation des produits pétroliers 2014 : L’intervention du PM sollicitée face au méli-mélo.

Une réunion pourrait-on être tenté de dire, de crise se tient ce lundi à la primature, sous l’égide du premier ministre Mohamed Saïd Fofana, pour tenter de dénouer une situation vraisemblablement rendue inextricable à dessein.
Au stade où on en est dans l’attribution du marché d’importation des produits pétroliers pour la Guinée, exercice 2014-2015, s’il est que l’intervention du PM pourrait aider à décanter le pataquès délibérément crée et entretenu, il faut dire qu’elle devrait aussi et surtout aider à ramener un tant soit peu de sérénité dans un monde assez tourmenté par les rebondissements de ce qui s’apparente à un feuilleton.

La rencontre regroupera autour de la table tous les intervenants dans le secteur des pétroles : traders, marketers, transporteurs, structures gouvernementales…Objectif finalement s’entendre sur l’attribution dudit marché.
On sait que par trois fois à l’occasion de sessions plénières de dépouillement des offres, c’est Vittol qui est arrivé en tête, par conséquent c’est à cette société que revient le marché cette année, si on se veut respectueux des règles de passation des marchés suivant un appel d’offres lancé à cet effet.
Mais on sait qu’au dernier moment, à la surprise générale, c’est plutôt Addax qui a failli adjuger ce marché, au détriment de Vittol, au motif qu’il avait fini par revoir son offre de 40.40/tm à 40.00/tm, ce qui était devenu alors en deçà de ce que proposait Vittol, c’est-à-dire 40.23/tm.
Revenu de voyage, le ministre du commerce a tenté de corriger cette maldonne, en voulant rétablir Vittol dans ses droits, mais il en aurait été empêché au dernier moment, sous la pression d’autorités tapies dans l’ombre à Sékoutoureya.
Après l’annulation de la réunion de vendredi en fin d’après-midi, au cours de laquelle, on devait discuter de la possibilité de signer le contrat avec Vittol, on apprend au dernier moment que BP Oil serait revenu dans le jeu, alors qu’il avait été précédemment été écarté.
BP Oil aurait fait une offre de 38.00/tm, une offre face à laquelle l’Etat serait tenté de céder, surtout que cela pourrait cacher une marge de 2 dollars par tonne métrique, s’il est avéré qu’au lieu de 38.00, offre réelle de BP oil, le contrat au moment venu serait signé à 40.00 par tonne métrique. A qui profitera cette marge consistante ? Allez savoir !
Il en serait de même pour le marché des produits lourds, le fuel précisément. Officieusement, Trafigura, adjudicataire dudit marché, aurait offert la tonne métrique à 38.00, mais le contrat devrait être signé à 40.00 la tonne, soit à ce niveau aussi, une marge de 2 dollars par tonne. Où ira cet argent ? Allez savoir !
Dossier à suivre !
Aboubakri.

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top