Politique

En visite en Afrique du Sud, François Louceny Fall appelle à la solidarité contre Ebola.

La fièvre hémorragique Ebola et la fermeture de la frontière Guinéo sénégalaise par l’Etat Sénégalais étaient au cœur d’un entretien qu’a accordé le Ministre guinéen des affaires étrangères, François Louceny Fall à la radio BBC afrique. C’était lundi soir à l’occasion de sa visite d’Etat en Afrique du sud. (Décryptage).  

« A date, il n’y a pas une grande progression. Il y a des personnes qui ont été touchées par le virus qui ont été sauvées », déclare François Louceny Fall à nos confrères de la BBC  se réjouissant ainsi les efforts du gouvernement guinéen dans la lutte contre Ebola.

Cependant, le ministre guinéen des affaires étrangères s’indigne des propos de médecins sans frontières (MSF) qualifiant de sans précédent l’apparition et le progrès de la maladie Ebola en Guinée. « Cela nous a choqué. Ce qui se passe en Guinée on ne peut pas dire que c’est sans précédent. D’autres pays ont connu Ebola. Le Congo l’a connu à une plus grande échelle. Pourquoi dit-on sans précédent en Guinée ? », s’interroge t-il. « Nous sommes  convaincu qu’il y a une épidémie en Guinée, nous l’avons pas cachée, nous donnons régulièrement le bilan de ce qui se passe en Guinée, nous avons ouvert largement le pays à toutes bonnes volontés, nous essayons de sauver les vies et de faire en sorte que le fléau soit endigué », avoue M. Fall.  

La fermeture de la frontière guinéo-sénégalaise en question.   

Abordant la question de la fermeture de la frontière du Sénégal avec la Guinée, le ministre Guinéen des affaires étrangère appelle à la solidarité des voisins de la Guinée.  «Chaque Etat est libre de prendre des mesures mais ce que nous souhaitons c’est plus de solidarité et plus d’efforts ensemble pour endiguer le fléau. C’est ce qu’il faut. Ceux qui ont fermé leurs frontières ils rouvriront certainement parce que cela affectera le mouvement des personnes, des biens et autres mais pour le moment nous disons qu’il faut absolument travailler ensemble la main dans la main et faire face à ce fléau qui peut toucher tous les pays voisins, alors il vaut mieux se donner la main ». La frontière terrestre entre la Guinée et Sénégal est toujours fermée mais la ligne aérienne est quant à elle maintenue. Et des mesures importantes de préventions sont prises par l’Etat Guinéen pour protéger les passagers contre la maladie. « Nous avons installé à l’aéroport une équipe médicale, tous les passagers qui quittent Conakry pour une destination extérieure sont soumis à un test. Je crois que ça, ça doit donner la sécurité », souligne François Louceny Fall.  

A la question du soutien de l’Afrique du sud dans la lutte contre la maladie Ebola, M. Fall répond : « L’Afrique du sud nous soutient. L’Afrique du sud promet même de mettre son institut de recherche et son expertise à la disposition de la Guinée », a-t-il déclaré.  

Revenant sur les autres motifs de sa visite dans le pays arc-en-ciel, le ministre Fall a tenu à préciser que : « l’Afrique du sud et la Guinée ont des liens historiques très profonds. La Guinée a été au premier rang des pays qui ont soutenu la lutte de libération de L’ANC. Nous voulons aller au delà des relations politiques existantes pour conférer une dimension économique à ces relations ». 

Au total, six accords ont été signés entre les deux pays dans des secteurs prioritaires : énergie, mine, infrastructure et éducation. Selon lui, l’accord de protection réciproque des investissements entre les deux pays sera réactualisé pour faire la base juridique permettant  de créer des meilleures conditions afin de recevoir le maximum d’investissements de l’Afrique du sud en Guinée ».  

Moussa Diawara       

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top