Chroniques

Plume à Aboubacar Diallo du 14 Avril 2014.

Enfin, l’étau qui se referme sur BSGR, empêtrée depuis plus de deux ans dans un bras de fer avec le gouvernement guinéen. Le dernier rapport du comité technique de revue des conventions et titres miniers, est sans appel. La joint-venture VBG a usé de pratiques de corruption pour acquérir Simandou 1, 2 et Zogota.

Le passé quand tu nous rattrape ! Les basses manœuvres d’un géant minier mises au grand jour ou l’illustration dramatique de pratiques honteuses, dignes de la mafia calabraise qui avaient jusque-là mis en coupes réglées un secteur entier empêchant ainsi les guinéens d’en tirer le moindre avantage. Oui durant de longues années, le secteur minier guinéen a été le champ de bataille de multinationales aveuglées par l’envie incoercible de faire des gains colossaux à cause de l’existence d’une gouvernance basée sur la corruption, le clientélisme, les dessous de table et autres juteux pots de vin au sein même de la filière. L’époque de feu général Lansana Conté ou la période la plus sombre et la plus dévastatrice qui soit pour les mines guinéennes. Est-il besoin de rappeler que quantité pour ne pas dire la totalité de toutes les concessions signées dans le secteur à l’époque ont laissé exhaler une forte odeur pestilentielle de corruption et d’arrangements financiers des plus ubuesques et immoraux du monde ? Les blocs 1 et 2 du gisement ferreux de Simandou ne sont que la partie immergée de l’iceberg de la grande magouille qu’il y avait cours dans ce secteur livré à la merci de dignitaires du régime et de cadres mus uniquement que par le souci abject d’assouvir leur soif inextinguible de gains égoïstes sur le dos de populations dont le sort passe en second plan. La transaction dont il est question aurait été tout sauf transparente sur toute la ligne. Le comité technique de revue des conventions et titres miniers, est formel. BSGR a soudoyé et stipendié pour décrocher cette timbale. De luxueux cadeaux en métal jaune et en diamant, des bolides dernier cri ainsi que du sonnant et du trébuchant ont été versés à la famille Conté et aux mandarins du régime. Au stade des soupçons, on se rappelle que l’onde de choc avait traversé la bourse américaine où le géant israélien est côté. Au nom d’une loi spéciale, la justice du pays de l’Oncle Sam s’était saisie de l’affaire et ouvert une enquête. Un responsable de la compagnie se fait alors harponner aux USA pour subornation de témoins, entrave à une enquête et destruction d’éléments de preuves. L’étau se resserre, deux grosses légumes de la compagnie se font également cravater et détenus de longs mois à Conakry. Les menaces pleuvent sur fonds de révélations de troubles et de coup d’Etat en préparation. Rien n’y fait, la Guinée ne recule point. Preuve que les temps ont changé et qu’on ne mégote plus avec la prévarication des biens publics et le bradage de nos mines. Les couleurs sont annoncées, le professeur président n’a jamais fait mystère de sa farouche détermination à se dresser ferme sur ses arçons contre les multinationales qui ont chiffonné nos mines. A travers ce scandale, c’est toute la gestion qui a été faite de nos richesses du sous-sol au temps des régimes militaires successifs, qui est en cause, les mines guinéennes ayant toujours été bradées et laissées à la merci de capitalistes et de voyous sans scrupules ni pitié pour nous pauvres populations abandonnées à notre triste sort de damnés de la terre. Quantité parmi eux voyant leurs champs d’action réduits en peau de chagrin ont déjà préféré aller se mettre à l’abri sous d’autres cieux. La tempête BSGR, loin de connaître son épilogue, à coup sûr balayera au passage beaucoup de gros troncs d’arbres, c’est le Mistral qui se déchaine. Tous ceux qui ont trempé dans cette grosse magouille devront rendre compte. Fini donc le temps des sangsues et des rapaces, l’heure du tout transparence on le souhaite a sonné. BSGR aujourd’hui dans la tourmente, clouée au pilori, à qui le tour ? Le secteur des mines, un monde de sorciers et de mafia !

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top