Politique

Affaire surfacturation aux TP : des ONG interpellent le parlement et menacent d’organiser des sit-in

L’institut de recherche pour l’Etat de droit et de la démocratie (IDED) et le mouvement africain pour la défense des droits Humains (AFRIDHO) interpellent l’Assemblée Nationale et le ministère de la justice et menacent d’organiser des sit-in devant le tribunal de Dixinn. C’était lors d’une conférence de presse conjointement animée ce mercredi à la maison de la presse, pour faire le point sur l’évolution du dossier de surfacturation des marchés au ministère des travaux publics. 

La coordination des ONG de défense des droits humains avait porté plainte contre M. Mohamed Traoré, Elhadj Ousmane Bah et Benjamin Sandouno pour ‘’complicité, Abstention délictueuse, faux en écriture, détournement des deniers publics, concussion, trafic d’influence, corruption et suppression en violation respectivement des dispositions du Code pénal, notamment les articles 51, 52, 53, 56, 155, 156, 179, 185, 186, 191, 192 et 195 au tribunal de première instance (TPI) de Kaloum’’. 

 

Me Thierno Souleymane Baldé, président de l’IRDED affirme que le dossier n’évolue pas depuis le dépôt de la plainte. Pour lui, il y a plusieurs personnes qui sont prêtes à faire des révélations ou même faire des témoignages, mais ils veulent savoir si cela pourrait conduire à l’aboutissement de ce dossier ‘’très sensible’’. 

« Bien que le procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn a reçu un feu vert pour démarrer le travail, rien n’a encore bougé. Mais nous attendons toujours que cette parole soit concrétisée par des actes », explique Me Baldé.   

En ce qui concerne les démarches déjà faites, la coordination indique avoir adressé des lettres au ministère de la justice et à l’Assemblée Nationale afin que des dispositions soient prises pour faire avancer cette affaire. 

A l’Assemblée Nationale, les activistes des droits de l’homme demandent l’ouverture d’une enquête parlementaire sur cette affaire. Ce, pour permettre aux élus de mener des enquêtes afin de déterminer les coupables dans cette affaire. «Ce sera une occasion pour les parlementaires de s’atteler à cette enquête avant le début de la révision des lois », ajoute le président de l’IDED. Dans la lettre transmise au ministre de la justice, la coordination exhorte à Chéik Sako ‘’d’examiner  la plainte pour détournement des deniers publics’’. 

« Nous allons partir graduellement en respectant le principe du délai raisonnable et si cela n’est pas respecté, nous allons utiliser d’autres moyens », menace-t-il. 

Me Thierno Souleymane Baldé ajoute que les membres de cette coordination sont prêts à organiser une grève de la faim pour que les autorités judiciaires puissent engager la procédure à temps. 

Mamadou Oury Bah  

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top