Politique

Société civile : Le Réseau Dynamique Citoyenne, une nouvelle plate-forme en vue.

Aux côtés du CNOCSG, de la PCUD, et de la CONASOC, il faut compter désormais avec le RDC, le réseau dynamique citoyenne. Un réseau qui sera lancé officiellement le 02 mai prochain à l’INRAP, à l’issue d’un atelier d’appropriation et de validation de ses orientations stratégiques.
A sa tête, un visage des plus connus du monde de la société civile en Guinée, en l’occurrence, Aziz Diop, anciennement tête pensante du conseil national des organisations de la société civile guinéenne, CNOCSG.

Aziz Diop tel un chat qui retombe sur ses pattes, fait ainsi son come back sur l’échiquier des OSC, après la tempête du scandale de détournement de plus de 2 milliards 700 millions de francs guinéens, scandale qui secoua en fin 2013 le CNOCSG et dans lequel son nom a été beaucoup cité.
Le RDC né du constat d’une part, que malgré les réformes engagées par le pouvoir en place depuis l’avènement de la 3èm république, «aucune répercussion tangible n’est visible par rapport à l’amélioration des conditions de vies des populations », d’autre part, qu’on assiste à une montée en flèche de l’incivisme, il revient aux organisations de la société, qui aspirent à être en phase avec cette donne, de revisiter leurs stratégies.
C’est dans cette optique peut-on lire dans la note conceptuelle du RDC que «les associations de jeunesse, de femmes, les organisations socioprofessionnelles et les personnes ressources qui le composent, ont pris l’initiative de changer de paradigme, en s’engageant résolument vers la valorisation du citoyen, moteur du développement ».
En gros, le RDC en plus de proposer d’être une force de proposition, d’interpellation, de pression et de veille auprès des pouvoirs publics, des institutions républicaines, se donne globalement pour missions entre autres : de promouvoir la citoyenneté et la culture de l’éducation civique, d’accompagner le processus de développement, de s’impliquer et soutenir le processus d’élaboration, de suivi des politiques publiques et d’aider à une meilleure connaissance de la gouvernance démocratique par la sensibilisation, la formation et le suivi-accompagnement du processus électoral…
Fort de 25 associations et ONG affiliées pour ce départ et de 35 personnes ressources, le RDC se donne pour vision qu’en 2025 « que le citoyen guinéen soit au centre du développement participatif en vue de garantir la démocratie, la paix sociale et le bien-être de tous ». Tout un challenge !
Aboubakri Le Diallobé.

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top