Politique

Retard dans la tenue des élections communales: Les nations unies s’inquiètent, Alhassane Condé rassure.

Le retard pris par la Guinée dans l’organisation des élections communales, préoccupe à la fois les acteurs politiques notamment ceux de l’opposition et les partenaires.

Pour s’enquérir de ce qui est en vue par rapport à ce scrutin, une mission des Nations Unies a rencontré mercredi à Conakry deux membres du gouvernement, en l’occurrence, le ministre de l’administration du territoire et son homologue des Droits l’Homme et des Libertés Publiques.

 

Au cours des entretiens, le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation  s’est voulu direct et tranchant. Son gouvernement veut des maires élus par le peuple. Alhassane Condé  explique à la mission que le principe du code des collectivités est appliqué en Guinée.

Malheureusement dans la Capitale, la réalité est toute autre : « Vous avez un gouverneur nommé par décret. Celui-ci préside un conseil des élus. Ça fait une entorse à la démocratie ». Alhassane Condé formule les vœux pour que les élections communales se tiennent pour qu’enfin Conakry puisse avoir son maire élu.

La mission a demandé au ministre les attentes du gouvernement aux formations politiques pour la consolidation de la paix. Alhassane Condé est direct : « les leaders des partis politiques ont toujours affirmé qu’ils peuvent gérer  les manifestations de rues. « Nous pensons que nos amis de la CENI s’activent pour l’organisation des élections Communales. Nous avons pris du retard dans l’organisation des élections législatives, mais vous avez vu ce que le mauvais comportement de la CENI en Côte D’Ivoire a engendré. La mauvaise organisation de notre CENI a failli nous créer des problèmes dans la Commune de Matoto ». 

Le plus souvent, nous enregistrons des dérapages. L’éducation des militants fait énormément défaut.  Avec l’installation de l’Assemblée Nationale, le ministre s’attend à un climat politique apaisé.   

Les principaux leaders des partis politiques sont des anciens Premiers Ministres, des ministres donc ils ont eu à gérer les destinées de ce pays explique Alhassane Condé.   Le paradoxe  avec ces opposants,  confie le ministre, ils passent le clair de leur temps à dire que le gouvernement n’a posé aucun acte regrette M. Condé

Mamadou Sadio Baldé

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top