Politique

6ème édition des 72heures du livre : Liliam Thuram, du football à la lutte contre le racisme

L’ancien footballeur français Lilian Thuram est arrivé en Guinée depuis mercredi pour présenter son livre ‘’Mes étoiles noires: de Lucie à Barack Obama’’, aux amoureux du livre. Ce, en prélude de la 6ème édition des 72 heures du livre qui se tient au Centre Culturel Franco Guinée du 23 au 25 avril 2014. 

L’ancien international français, Lilian Thuram égaie le public guinée, mais pas sur la pelouse cette fois-ci. A travers l’écriture, le champion du monde 1998 s’est engagé depuis quelques années dans la lutte contre le racisme et toute autre forme de discrimination. 

C’est dans ce cadre qu’il a publié un ouvrage intitulé ‘’Mes racines noires : de Lucy à Barack Obama’’ en 2010. Un livre né selon Thuram suite à de nombreux questionnements d’enfants. Né en Guadeloupe en 1972, Lilian arrive à Paris à l’âge de 8 ans. Très vite, il est confronté à des problèmes liés à la couleur de sa peau.

‘’Je ne comprenais pas pourquoi la couleur noire est vue négativement’’, se souvient Lilian Thuram. En classe, les seuls Noirs étaient les esclaves et les colonisés, relayés au rang de tristes figurants, s’attriste l’ancien milieu de terrain français. Dans son livre, Liliam écrit qu’au fil des âges, il comprit que le racisme est une construction intellectuelle et idéologique. Il décidera d’en faire de la lutte contre cette pratique son cheval de bataille. ‘’Seul le changement de nos imaginaires peut nous rapprocher et faire tomber nos barrières culturelles’’, avance t-il lors de la présentation dans la capitale guinéenne ce jeudi. 

Ici, Liliam Thuram a recommandé à la jeunesse Guinéenne de prendre conscience de la nécessité de dénoncer les inégalités même si le chemin à parcourir est long.  ‘’On ne naît pas raciste ou ethnocentriste, mais on le devient. Le racisme ou l’ethnocentrisme est avant tout une construction intellectuelle. Nous devons prendre conscience que l’histoire nous a conditionnés, de génération en génération, à nous voir avant tout comme des Noirs, des Blancs, des Peuls, des Malinkés ou Soussous’’, conseille t-il. Il demande de comprendre que la couleur de la peau, l’ethnie, ou la religion d’une personne ne détermine en rien ses capacités physiques et intellectuelles.

Apparemment, le message a été bien compris. L’ouvrage ‘’Mes étoiles noires : De Lucie à Barack Obama’’, de Liliam Thuram s’achetait comme de petits pains. 

Mamadou Oury Bah

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top