Politique

Promotion de la plante Morenga : Le CNOSCG se joint à l’initiative.

Vous êtes certainement nombreux à entendre parler de Morenga. Mais pour ceux qui ne le savent pas, c’est une plante tropicale aux vertus énormes. On lui prête un grand pouvoir médicinal. En Guinée, l’ONG « terre vivante » fait la promotion de la plante. Elle est appuyée par le conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG) qui s’associe au combat surtout pour la défense de l’environnement par la restauration du couvert végétal.  

 

La promotion de la plante Morenga est une initiative de l’ONG guinéenne « terre vivante » qui vient de mettre en place un programme national de restauration du couvert végétal. Ce qui nécessite une campagne de reboisement notamment à Conakry et en haute Guinée, cette partie de la Guinée où l’environnement est hautement dégradé. « Il ne s’agit pas de reboiser pour reboiser, il faut reboiser avec des plantes qui ont d’autres avantages », déclare Dansa Kourouma, président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne avant d’expliquer l’engagement de son organisation dans la promotion de ce végétal : « Morenga est une plante nutritive et médicinale. Son écorce, ses graines et ses racines peuvent soigner 303 maladies. Il s’agit des maladies les plus simples aux plus complexes comme l’hypertension artérielle et le diabète. Une cuillerée de morenga matin et soir pour une femme enceinte, ça règle les questions d’anémie chez elle  ».

Il ajoute aussi que la feuille de Morenga regorge d’importantes valeurs nutritionnelles. Parce que : « C’est riche en vitamine C, en calcium, en fer etc. », argumente M. Kourouma.  

Le conseil national des organisations de la société civile guinéenne s’engage ainsi dans une campagne nationale de reboisement dont le point de départ sera la Capitale Guinéenne. Il sera question pour un couple de planter un arbre le jour du mariage où à l’occasion de chaque cérémonie de baptême. En effet, la stratégie de l’organisation est déjà bien méditée. « La première voie la plus officielle, c’est d’approcher l’assemblée nationale pour qu’une loi soit élaborée pour instaurer le principe, une naissance, un arbre. La rencontre n’a pas encore lieu mais nous avons discuté avec des députés. Si une dizaine d’entre eux accepte de devenir des alliés de morenga, nous travaillerons sur une proposition de loi qui sera soumise à l’assemblée. L’approche citoyenne est notre deuxième méthode. Nous lancerons une campagne nationale d’éducation citoyenne pour que chacun accepte de souscrire », a-t-il argué non sans appeler les médias guinéens à accompagner cette activité.  

Les vingt et un mille membres du CNOSCG et les associations partenaires de l’organisation estimées à 130 milles membres ont quant à eux commencé d’appliquer le principe « une naissance, un arbre ». Et le Président Dansa kourouma de souligner ceci : « Il faudrait que les organisations de la société civile acceptent de lancer le ton. Ce qui a déjà commencé. Nous estimons que par effet de contamination la population acceptera de suivre la démarche, parce que c’est dans son propre intérêt ».

Ce n’est pas que les populations qui seront associées à cette campagne de reboisement de Morenga.

Les autorités du pays elles aussi seront invitées à prendre part.  « Nous allons rencontrer le premier Ministre, cela nous permettra d’ouvrir les portes du gouvernement. Nous ferons tout pour que le gouvernement accompagne l’initiative. Le gouvernorat de Conakry est en pleine campagne d’assainissement. Et pour que l’assainissement respecte le principe de développement durable, il doit être accompagné par une campagne de restauration du couvert végétal », lance Dansa Kourouma. « Nous allons accompagner l’assainissement par une campagne de reboisement de la plante Morenga des jardins publics et à l’intérieur des services publics comme les ministères, les services nationaux à l’image de la RTG et les camps militaires etc. sans arbre il n’ya pas de vie », informe t-il. 

Pour lui, les vertus de Morenga sont aussi avantageuses que les autres cultures. « Il y a un grand marché international autour de morenga. L’agriculture c’est le seul secteur pourvoyeur d’emploi sans grand investissement. La Guinée étant un pays naturellement riche avec un climat favorable à l’agriculture, alors la plante morenga pousse à merveille en Guinée. Dans ce marché international, un litre d’huile de morenga coûte aux environs de 250 euros. C’est l’un des produits les plus chers au monde », a-t-il tenu à faire cette précision.   

La plante morenga avec une durée de vie d’au moins un siècle se présente comme un débouchée pour dix générations. Le président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne qui veut gagner ce pari fait de la promotion du végétal qu’il appelle « Dieu donné » le cheval de bataille de son plan d’action sur l’environnement. Car, dans des pays comme le Ghana, le morenga se vend à un prix d’or. Et pour quoi pas en Guinée ?  

Moussa Diawara                

  

 

Commentaires

commentaires

2 Commentaires

2 Comments

  1. Relation entre cette plante et le VIH sida ?

    7 janvier 2016 at 3 h 40 min

    Je suis partant.

  2. CISSE m.

    7 janvier 2016 at 3 h 43 min

    Quel impact sur le sida?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top