Politique

Le journaliste Saïdou Barry, séquestré sans mandat au TPI de Dixinn pour avoir tendu son micro à Elie Kamano

Le journaliste Saïdou Barry, du site afriquezoom.info a été séquestré et auditionné sans mandat au tribunal de première instance de Dixinn lundi dernier. Son seul crime est d’avoir tendu son micro à l’artiste reggae man Elie Kamano.

Notre confrère était en reportage le 10 Novembre dernier au TPI de Dixinn lorsqu’il a été  arrêté, coupé de toute communication extérieure et détenu pendant toute la journée avant d’être inculpé pour ‘’complicité d’outrage au chef de l’Etat’’, dit-on. Et pourtant, l’homme de média n’avait reçu aucun mandat au préalable.

Sa rédaction dénonce une tentative d’intimidation et musellement à la liberté de la presse en Guinée.  

Nous vous proposons l’intégralité de la déclaration de sa rédaction, lisez…..

 

Alors que notre reporter Mamadou Saidou Barry s’était rendu au Tribunal de Première Instance de Dixinn ce Lundi 10 Novembre 2014 pour couvrir l’audition d’un artiste, au compte du sitewww.afriquezoom.info , il a été arrêté, coupé de toute communication extérieure et détenu pendant toute la journée avant d’être inculpé pour « complicité d’outrage au chef de l’Etat ». Ce, sans l’avoir adressé aucun mandat au préalable.
Alors que le code de procédure prévoit qu’un mandat de comparution lui soit délivré lui mettant en demeure de se présenter devant le juge à la date et à l’heure indiquées, c’est sur le terrain que notre confrère à été mis aux arrêts.
C’est lorsque nous avons tout fait pour lui joindre sans succès, que le Directeur de publication s’est personnellement rendu au tribunal où était allé le journaliste. C’est là-bas qu’il a été informé par certains confrères y présents que Saidou est arrêté et est en train d’être auditionné.
A sa sortie, le journaliste a raconté son calvaire à son directeur de publication. « Ils m’ont arrêté et m’ont inculpé pour complicité d’outrage au chef de l’Etat à travers une interview que j’ai réalisée avec un artiste», s’étonne-t-il.
Nous ne savons pas pour le moment comment notre confrère peut être arrêté en plein exercice de son travail sans que ses responsables ne soient tenus au courant et qu’il soit auditionné et inculpé sans un avocat et sans un mandat au préalable.
Condamnant cette violation grave de la procédure, nous exprimons notre total soutien au journaliste Saidou Barry et réaffirmons notre détermination à ne pas céder à l’intimidation.
Pour le moment, nous avons saisi l’Association Guinéenne de la Presse en Ligne (AGUIPEL) et restons derrière celle-ci. Nous savons compter sur elle et en appelons à l’esprit de fraternité de toute la corporation ainsi que le soutient de toute personne sensible aux douleurs des plus faibles.
Vive la Justice !
Vive la liberté d’expression !
Conakry le 10 Novembre 2014. 

                                                                                         Conakry le 10 Novembre 2014

 

 

Mamadou Oury Bah 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top