Politique

Ibrahim Traoré, un talent qui a éclos un peu à la surprise du papa Dominique : « il était plutôt porté sur les lettres… »

Dominique Traoré est un papa fier ! Fier de son enfant, fier de le voir porter et de mouiller le maillot de son pays, la Guinée. Mosaiqueguinee.com l’a rencontré à Casablanca, en marge de la qualification du Syli National de Guinée, à la CAN 2015.
L’éclosion d’un talent caché en son enfant, qu’il a été amené de découvrir agréablement, alors qu’il le voyait plutôt porter sur les lettres, emplit son cœur de bonheur.
La tête froide sur les épaules, il ne tombe dans aucun triomphalisme. Il prend cela comme une suite logique de ce que lui-même aurait dû devenir. Un peu comme une continuation de son talent personnel de gardien de but dans plusieurs grands clubs de la Guinée, il y a des décennies.

Dominique Traoré, n’a pas eu la carrière que fait son enfant aujourd’hui. Mais il n’en est point complexé outre mesure. Au contraire ! Il éprouve un malin plaisir de savoir qu’un de ses produits marche sur ses brisées, et fait plus que lui, en honorant la Guinée.
Membre de la commission éthique et fair-play de la fédération guinéenne de football, Dominique Traoré a été gardien de but à bas âge, successivement dans le club de Camayenne, 6èm arrondissement à l’époque de la première république, de celui de NBossé Club, rival de Angleber où jouaient un certain Papa Camara et Abraham, ensuite celui de l’Université Club.
Dominique a été dirigeant sportif. Secrétaire général de l’AS Kaloum, au temps de Kader Sangaré, puis président de ce club, à la suite de ce dernier. Au plan national, à la CAN 2008 au Ghana, il était membre de la commission d’organisation et président de la sous-commission logistique, hébergement…
De la venue d’Ibrahima Traoré au monde, l’éclosion de son talent, et le papa qui veille sur son enfant
C’est en rentrant sur Paris en 1988, alors qu’il bouclait une mission en Europe, à Stuttgart justement, que M. Dominique Traoré apprend qu’il est né. Par la suite, Ibrahima Traoré, à l’école, est doué en lettres jusqu’au moment où il décroche son bac, mais tape aussi dans le ballon, sans que ses parents ne s’y intéressent.
De pré en pré, le garçon monte en puissance jusqu’à une découverte de talents à Levallois. Par la suite, il est envoyé en Allemagne, au Hertha Berlin. Il débute avec les réserves, puis avec les pros. Mais de faute de temps de jeu, il va à Augsbourg où sa jeune carrière commence à exploser. Il brille de mille feux durant deux saisons dans ce club, avant d’atterrir à Stuttgart d’où son papa, achevant une mission en Europe, appris sa naissance en 1988. Il évolue désormais au Borussia Mönchengladbach.
Deux heures avant tous les matches en championnat, Dominique appelle son fils pour lui donner des conseils. Et tous les jours, les deux parlent au téléphone au moins deux fois. Et à l’occasion de tous les matches du Syli, l’équipe de Guinée, le papa est présent au stade et en dehors. Veillant toujours sur son enfant pour qu’il donne toujours le meilleur de lui-même.
Ibrahima Traoré était pressenti pour jouer avec les Espoirs français, mais dès le début, il déclara qu’il jouera pour son pays, la Guinée. Les conseils et l’encadrement de papa, ont également porté dans ce choix tranché. « je lui ai toujours dit que l’hymne national de son pays, n’a pas de prix… », nous a confié M. Dominique Traoré.
Ibrahima Traoré a une association de bienfaisance en gestation. Il fait déjà dans l’humanitaire et dans la consolidation de la paix dans son pays. Récemment, il a offert sa prime de qualification à la CAN, pour bouter Ebola hors de son pays.
Il songerait aussi à venir en aide à l’équipe de Kindia, Kindia d’où son père est originaire.

Aboubakri, depuis Casablanca

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*

To Top