Politique

Cellou Dalein Diallo : «Alpha Condé utilise l’arme de la division ethnique pour obtenir des suffrages »

C’est ce qu’a dit le chef de fil de l’opposition guinéenne, El hadj Cellou Dalein Diallo lors d’une conférence de presse animée ce mardi à Conakry par l’opposition républicaine. 

Pour le président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le pays est en danger parce que l’unité nationale est malmenée au quotidien. Selon l’opposant, ce qui se passe actuellement dans la préfecture de Lélouma en fait une preuve palpable. 

 

« Vous avez suivi ce qui se passe à Lélouma ! On nomme un préfet ressortissant des roundés et on lui demande de faire révolter ses parents contre les autres. Alors que les parents de ces gens  vivaient en harmonie depuis des siècles. Ce n’est pas du tout acceptable », dénonce-t-il. 

Pour El hadj Cellou, M. Alpha Condé utilise l’arme de la division et de la division ethnique en stigmatisant, en excluant toujours une partie de la population. Ce n’est pas responsable et notre peuple n’a pas besoin de ça poursuit-il. 

L’opposant propose au président Alpha Condé d’encourager et exhorter les guinéens à être unis et solidaires, parce qu’ils sont tous des citoyens égaux devant la loi. Et de faire en sorte que leur dignité soit respectée et que leur sécurité soit assurée pour que les guinéens vivent dans la fraternité. 

Selon le président de l’UFDG, un pouvoir doit susciter la confiance, poser des actes qui encouragent les citoyens à être tolérant les uns vis-à-vis des autres. « La Guinée doit être fière  de sa diversité. Mais cette diversité ne doit pas être source de division entre les fils de ce pays. Nous n’avons pas besoin de ça », propose-t-il. 

Les vrais défis selon lui, c’est le développement, comment améliorer les conditions de vie des citoyens et comment assurer leur sécurité. «Avec tout ce que la providence a donné à ce pays comme potentialités, M. Alpha Condé n’arrive pas à trouver le résultat sur le plan de la gestion du pays. Il continue à diviser les guinéens pour obtenir des suffrages», dénonce l’opposant. 

Critiquant la gestion macroéconomique du pays, le président de l’UFDG se demande comment la Guinée peut faire un taux de croissance de 2,3% en 2013, alors que le Libéria en a fait 8, la Côte d’Ivoire 9, la Sierra Léone 14,8 et le Burkina Fasso 7,9%. « Deux (2) ans après l’annulation de la dette, lorsqu’on a atteint le point d’achèvement, on a dit que c’est terminé. 2,3%, un taux inférieur à l’accroissement de la population ? », Martèle-t-il. Et de s’interroger sur le sort des guinéens qui souffrent à tel point qu’ils ne parviennent pas à bien manger, sur lesquels on suscite la division, la haine et entre lesquels on entretient l’hostilité. 

« Est-ce que les gens assurent un repas par jour dans les quartiers ? Quels sont les ménages qui ne peuvent pas le faire actuellement? Voilà les vrais défis », se désole-t-il. 

Ce mauvais résultat est dû selon El hadj Cellou Dalein Diallo à l’incompétence du pouvoir en place, la médiocrité de sa vision du développement et de sa gouvernance. 

Mamadou Oury Bah

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top