Revue de la presse

A la Une : François Hollande enfin à Conakry

« La visite du président français, François Hollande, à Conakry, pourtant dans l’ordre des choses, arrive si tard, qu’on a l’impression que les socialistes de France et Navarre ont bien eu envie de larguer leur compagnon de lutte de classe, Alpha Grimpeur. » Observe le Lynx. « Cela devenait lancinant et le professeur en est vraisemblablement devenu ombrageux et soupçonneux…Les grand fora économiques organisée en vue de booster l’économie guinéenne ne s’organisent pas à Paris, Marseille, Bordeaux ou Nice, mais à Qatar, Dubaï, Casablanca, etc.

Constatant que ces choix économiques font peu de cas d’intérêts de la France en Guinée, le gouvernement français est demeuré très peu réactif vis-à-vis du président grimpeur. La riposte contre le virus Ebola aura permis de réchauffer les relations entre les camarades socialistes » C’est le vrai sens que le journal veut donner à cette visite de Hollande . Le Lynx estime par ailleurs qu’’ »ainsi, Ebola est aussi à cet égard, une opportunité que le président grimpeur a saisi pour reconstruire ses amitiés qui s’en allaient à vau-l’eau. »

Alpha va-t-il se plier aux recommandations de Hollande ?

C’est la question que se pose Le Démocrate. « Au cours de la conférence de presse animée conjointement par Alpha Condé et François Hollande vendredi au palais Mohamed VI, le président français a appelé à la participation de tous les acteurs politiques au processus électoral. Ceci pour un meilleur parachèvement de la transition » rapporte le journal. Un appel qui tombe à pique : » le climat politique s’est fortement détérioré ces derniers temps » estimeLe Démocrate. Pour exemple le journal évoque la dernière sortie médiatique du chef de l’Etat qui a encore brandi des menaces contre l’opposition.

« SVP, Monsieur le Président, votre température d’abord »

On retrouve en photo tout sourire le président français, à l’hôpital Donka un thermo flash collé au front pour prendre  sa température. Le détail n’a pas échappé à L’Observateur qui cite des conseilles du président français : « Suivre bien les conseilles et lorsqu’il y a une personne en doute par rapport à une maladie à un moment ou on pourra la saisir que cette personne vient faire se faire consulter. Nous allons mettre trois catégories de centre. Deux centres pour traiter  les malades. Un centre pour traiter les soignants qui pourraient être touchés dans le cadre des apports qu’ils peuvent contribuer à donner aux malades. »A-t-il dit.

L’espoir

C’est le titre de la chronique de LA LANCE en son numéro 929 du 3 décembre. « Le 28 novembre 2014 est désormais une date inscrite dans les annales de l’histoire de la Guinée…La visite de François Hollande est une preuve pour les indécis que la Guinée ne constitue plus un grand risque pour les visiteurs. Ainsi la psychose pourrait-elle baisser, comme la stigmatisation des Guinéens à l’extérieur. » Y écrit-on. François Hollande a réussi à marquer les esprits. Pour avoir notamment annoncé que l’antenne de l’Institut Pasteur en Guinée va être réhabilité sous peu poursuit le chroniquer qui cite également la promesse de Hollande d’assister la Guinée pendant et après Ebola.

« Cellou Dalein Diallo qui est assis là est le chef de file de l’opposition » titre L’Observateur.

Le chef de l’Etat guinéen compte déposer un projet de loi à l’Assemblée nationale pour le statut de chef de file de l’opposition en faveur de Cellou Dalein. « A la place de Cellou je m’en réjouirai pas » estime l’auteur de l’article. Il appel Cellou et son parti à dénoncer et rejeter « cette manœuvre du pouvoir ». Le Démocrate s’inscrit dans la même logique et estime que c’est une manœuvre visant à diviser et faire bonne figure aux yeux du président Hollande. «  Quant on sait que le chef de l’Etat venait juste de traiter ses opposants de tous les noms d’oiseaux lors d’une conférence de presse qui s’est déroulé à la veille de la visite du président français en Guinée. » Plus loin on peut lire : « le  pouvoir tenterait ainsi coute que coute à rompre l’alliance qui unit l’UFDG et l’UFR. Les deux principaux partis de l’opposition. Une telle scission ne pourrait que mettre de l’eau au moulin de la mouvance présidentielle dans la perspective des élections de 2015. Surtout que déjà, la question de la candidature unique qui est entrain de saper l’entente au sein de cette alliance ferait des heureux au sein de la mouvance. »

 

Alpha et les media

Lors de sa dernière sortie médiatique Alpha Condé s’en est pris à la presse locale, RFI et Reporter Sans Frontière. Il estime que la démocratie ne va pas dans le désordre rapportent Le Lynx et Le Démocrate. « Il faut que les journalistes se mettent en règle. Il y a trop d’anarchie en Guinée. Tout le monde doit respecter la loi… Ce n’est pas RFI qui va décider de ce qui se passe en Guinée. On ne peut plus accepter qu’il ait la pagaille. Je m’en fous de ce que Reporter Sans Frontière va écrire … Chacun va respecter la loi en Guinée, celui qui ne respecte pas, on applique la loi. Ils n’ont qu’à écrire tout ce qu’ils veulent. D’abord je ne lis pas les journaux, je ne vais pas sur internet, je n’écoute pas la radio.» Il y a eu la réponse de Reporter Sans Frontière à travers son secrétaire général de l’organisation Christophe Deloire: «  A RSF, nous sommes très heureux de constater que M. Alpha Condé veuille faire appliquer la loi. Mais il est dommageable que le président guinéen tienne des propos aussi acerbes contre une organisation qui défend simplement la liberté de l’information. Aux journalistes de son pays et à ceux de l’extérieur, cela donne l’image d’un chef de l’Etat incohérente.

 

Les ministres de la République devant les députés

Cette semaine qui s’écoule a vu le passage du ministre de la justice, garde des Sceaux, Me Cheick Sako, celui de la défense Me Kabelé et le ministre de la communication Alhousseine Makanera Kaké.

Tout d’abord Me Cheick Sako : il a présenté son budget et  a parlé de la reforme de justice en cours rapporte La Lance. Me Sako a parlé d’une reforme nécessaire de la juste parce que « depuis l’indépendance la justice a été véritablement muselé ». Selon le journal Me Sako vise une justice indépendante, intègre et humaine capable de rassurer la population et les investisseurs. En 2015, le budget du ministère de la justice étant 1,03% du budget national a fait une augmentation par rapport à 2014 (0,40%) et 2013 (0,29%) y précise-t-on.  Face aux députés le ministre de la défense,  à lui, fait comprendre que « la Guinée est à la merci de ceux qui voudraient l’attaquer et ne peut faire face au terrorisme international, à l’insécurité transfrontalière et la piraterie maritime » Il poursuit : nous sommes une proie facile à toutes les tentatives de déstabilisation. Une loi de programmation militaire a été soumise à l’attention des parlementaires selon La Lance. « Cette loi permettra d’avoir une armée professionnelle, capable de faire face à n’importe quelle attaque. » précise le ministre Kabelé. Passé devant les députés et être criblé de question, le périple n’est pas aisé pour certain. C’est le cas du ministre de la communication Alhousseine Makanera Kaké qui a caqueté devant les députés selon Le Lynx. En matière de communication le ministre a indiqué qu’il ya des avancées dans le paysage médiatique guinéen notamment l’éclosion et le développement d’une presse en ligne, écrite, audio-visuel et autre. La mission de son département serait de créer un environnement technique, technologique, juridique et politique favorable à la libre circulation des idées et des opinions. Le journal ne partage pas l’avis du ministre : vous pouvez consulter tous les textes légaux en République de Guinée, aucun ne vous dira qu’il a réussi quoi que ce soit.

La Francophonie Le sursaut ou le déclin

Pour L’Observateur le XVe sommet de Dakar est avant tout l’occasion de poser les jalons d’une nouvelle vision et, partant, d’une nouvelle orientation stratégique. « Aujourd’hui le projet francophone semble avoir emprunté un chemin sans direction et son ambition s’être dilué au gré d’élargissements injustifiés et parfois injustifiable à de nouveaux Etats-membres non francophones ». Et de poursuivre : «  La croissance démographique à elle seule ne saura être la recette magique  qui perpétuera la Francophonie …Pour être un acteur essentiel d’un monde plurilingue le français doit consolider son espace géoculturel » estime l’hebdomadaire guinéen. LA LANCE de son coté a tenu a rappelé que l’idée de la Francophonie lancée en 1965 par Habib Bourguiba et Léopold Sedar Senghor vient de loin. Un projet de loi portant sur le développement des colonies était défendu  en 1921 devant la chambre des députés français. « Serait ce un faible avantage que d’avoir des Etats ou société dans lesquels persisterait… l’âme même de la France ? » se demande-t-on dans le journal et on y estime par ailleurs que la France malheureusement ne l’a pas compris. « Elle a accrédité et se cantonne sur l’idée que l’Afrique est le complément de l’Europe ». L’Afrique doit apprendre se passer d’un tuteur, d’une ‘’aide qui ne l’aide pas à se passer de l’aide’’ y écrit-on.

La Canadienne Michaelle Jean  nommée nouvelle secrétaire générale de la Francophonie

« Il s’agit de la première nomination d’une personnalité non africaine, modifiant une règle non écrite selon laquelle le secrétaire général vient d’un pays du sud » selon Le Démocrate. Elle succède à Abdou Diouf qui quittera ses fonctions fin décembre, après avoir dirigé l’OIF pendant 12 ans.

Revue signée Mafoudia Bangoura

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top