Revue de la presse

Revue de la presse du 21 décembre: Financement des prochaines échéances électorales, détention abusive de Général Nouhoun Thiam et Cie, à la UNE de la presse

La CENI demande 5OO milliards pour les échéances électorales prochaines en Guinée, mentionne La République. Cependant, fait remarquer le quotidien, » le gouvernement a inscrit seulement un montant de 272 milliards au budget 2015 ». Problème, comment et où trouver le reste de la manne financière, les députés n’ont malheureusement pu se prononcer sur le projet de budget avant de clôturer la session budgétaire.
Il y a bien une réalité qui suscite des interrogations chez les confrères, l’Etat dit sa volonté de financer lui seul le processus. Pourquoi ?
Elections sans aides extérieures, voici pourquoi Alpha y tient, avance l’hebdomadaire L’indépendant. « A un an de l’élection présidentielle, le ton commence déjà à monter au sein de la classe politique. Pourquoi Condé dépoussière-t-il son ancien rêve alors que le pays est sous perfusion suite à Ebola dont les retombées financières aident pourtant certains petits malins à s’en mettre plein les poches ? » S’interroge le confrère. Juste pour tenter la fraude, scande-t-on, car pour organiser ses élections présidentielle et locale en 2015, la Guinée aurait besoin de 57 millions d’euros. Un objectif financier difficile à atteindre pour un pays dépendant déjà, de l’aide internationale pour lutter contre le virus Ebola.
Grève, manifestations, mécontentement généralisé, la paix sociale de nouveau menacée. S’alarme L’indépendant. « La Guinée se retrouve encore dans une crise aigüe. Comme dans les années 2009 à 2010. L’année électorale qui pointe à l’horizon a tout l’air d’une année spéciale. Au regard des joutes qui s’annoncent. » Le confrère met l’accent sur la menace de l’opposition de protester en janvier et celle générale et illimitée que compte déclencher les centrales syndicalespour exiger le respect du protocole d’accord qu’elles ont signé avec l’Etat.
Détention abusive du général NouhouThiam et du colonel Sadou Diallo, l’Etat guinéen condamné à payer 50 millions de francs guinéens à chacun d’eux, c’est un article de Jeune Afrique repris par l’hebdomadaire guinéen L’observateur. Soupçonné d’implication dans l’attaque de la résidence du président Condé en 2011, le général NouhouThiam et le colonel Sadou Diallo attendent depuis plus de 3 ans d’être jugés. Jeudi, un tribunal de Conakry a condamné l’Etat à leur verser des dommages et intérêts pour détention abusive. Le confère précise plus loin, « Ce jugement qui constate le caractère illégal de la détention des deux officiers militaires n’accorde qu’une réparation pécuniaire au préjudice causé aux détenus. Autant dire que ceux-ci resteront encore en prison, en attendant la construction du tribunal militaire ou le bénéfice d’une liberté provisoire. » Et toujours dans ce chapitre La république revient sur le procès du drame de Taouyah au TPI de Dixinn, les audiences reportées à une date ultérieure. Informe le confrère.Longtemps attendu, le procès des prévenus dans le dossier de la bousculade meurtrière à la plage de Taouyah va enfin s’ouvrir devant le tribunal de première instance de Kaloum. Et le quotidien de décrire les conditions qui ont empêché la tenue du procès le 15 décembre dernier. « Bousculade, altercation entre forces de l’ordre et pro-accusés venus massivement pour apporter leur soutien à Malick Kébé et Moussa Mbaye. La salle d’audience du TPI de Dixinn presque invivable surtout en période d’Ebola avec un risque de contamination élevé. Ce sont entre autres raisons invoquées par le Président du TPI pour reporter le procès. »

Mafoudia Bangoura

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top