Actualités

Alpha Condé et ses morts (Opinion)

1alpha condeeeEst-il sangui…? Oui?! coupe Mamadou Oury Sow sans attendre la dernière syllabe, « naire ». Pour prouver que les mains du président Condé sont tachées de sang, Sow cite en exemple la mort affreuse d’un de ses amis sur qui les gendarmes ont tiré à Bambeto. La scène lui revient à l’esprit.

La victime a reçu la balle dans le ventre alors qu’il était sorti pour acheter du pain. Rien à voir avec la manifestation. En développant les faits, Oury, la vingtaine devient nerveux. La rage se fait de la place dans ses gros yeux inondés de larmes qui s’évacuent sur ses joux plutôt creux. Ce chez jeunot assez frêle, le sentiment de revanche fait le poids.

Les assoiffés de justice se comptent par milliers en Guinée et une frange non négligeable a subi le tort sous la férule de l’actuel président de la république dont l’ascension au pouvoir a fait naitre un espoir de rupture dans la gestion du pouvoir. Erreur!

Près d’une trentaine de jeunes épris de liberté d’expression vont être enterrés devant les caméras. Leur péché, avoir exprimé leur point de vue en désaccord avec celui du régime en place.
L’écœurement grandit à cause du black out complice des autorités. Les auteurs de ces crimes…jamais punis. Une impunité qui sonne comme un encouragement de la part de l’Etat. « Allez-y, tuez les tous?!? » « ?On va vous finir cette fois puisque vous êtes comme des mouches! ».

Des phrases d’ailleurs que nombre des jeunes activistes riverains de la route » le prince » ont subies avant de partir avec une balle à bout portant…bye bye la vie?!

Au pouvoir, le civil use de la violence comme le militaire. Plus même. Un scénario inimaginable. En tout cas pas sous le règne de l’opposant historique qu’on déclare démocratiquement élu. Qui sape par contre les valeurs et les vertus de la démocratie. Arrestations arbitraires, répressions à la Idi Amine Dada, détentions inhumaines, enlèvements…la liste n’est pas exhaustive.

Nul ne peut donc plus contester que Alpha Condé a du mépris pour les droits de l’homme. L’on se souvient de la parodie de justice pour punir des sympathisants de l’opposition pour des chefs d’accusations ridicules. Genre…attroupement sur la voie publique. Alors qu’au même moment, des contre-manifestants favorables au parti au pouvoir se massent à des points stratégiques de l’itinéraire de la manifestation. Ces derniers sont caressés par les forces de l’ordre et les « autres » frappés, torturés, tués sous une atmosphère très tendue aux relents ethniques.

Ces tueries dont il connait le nombre doivent constituer un chapitre important de son prochain discours lors de la campagne présidentielle de 2015. Il doit s’expliquer et expliquer aux guinéens pourquoi autant de manifestants tués pendant son premier mandat. Il faut l’obliger à ne pas esquiver ce thème aussi crucial dans la vie d’un peuple.

Le ministre des droits de l’homme et des libertés publics a pu constater que le régime Condé est violent. Il va toutefois s’employer à changer les choses. Mais avec un président qui au fond se montre gêné par les exigences de la démocratie, il faut se contenter de déclarations. Mais infructueuses. Au moins Gassama dénonce.

Exemple. Ses verités sur les prisonniers politiques graciés mais qui continuent de croupir à la Maison centrale, la pléthore des violons, les éternels détenus sans procès.

Surtout ne dites pas que Alpha n’est pas le commanditaire des cruautés infligées aux jeunes manifestants entre 2010 et 2015. Si ce n’est pas pas lui, c’est qui alors? Dadis Camara. Non, le dossier du 28 septembre 2009 qui pèse sur sa tête suffit pour lui!

A la veille du scrutin présidentiel d’octobre 2015 qui s’annonce tendu, le locataire de Sekhoutouréyah ne semble pas vouloir baisser les armes déjà braquées sur ceux qui s’opposeront à lui. Des jeunes vont encore tomber sous le vacarme des balles. C’est évident?!

Souleymane BAH

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top