Actualités

Plume à Tamba : Bandes d’égoïstes et de narcissiques…arrêtez vos chicanes !!!

tambaAssaillis et assiégés nous sommes ! Tarabustés et écartelés par la folle obsession en vogue, c’est nous ! Etonnés par la rareté de leur obtusion séditieuse, angoissés par leur jusqu’au-boutisme, par leur extrémisme insurgé, nous voici à nouveau réduits au silence de l’observation, captifs comme qui dirait, de la banquise à un peuple martyr ! A quand notre répit, à quand l’éclaircie ? Dites-nous pour quand prévoyez-vous la fin de notre supplice, le holà à notre géhenne !

Vos débats, vains, vaniteux et infatués nous tiennent par le talon. Vous dites batailler pour nous, mais quelle couardise, quelle veulerie ! Bande d’égoïstes et de narcissiques, détrompez-vous, car grâce à vous certains guinéens ne sont plus si godiches qu’avant. Nous avons appris à débusquer les carottes et les menteries que vos langues doucereuses dissimulent. Vos gros mots, entretiennent justement les maux de la Guinée. Arrêtez donc vos chicanes sur la CENI, son chronogramme, les délégations spéciales et sur quelle autre défaillance imaginaire encore, puisque vous savez que là n’est guère l’ennui.

L’ennui, le malaise guinéen réside dans le fait d’une opposition qui refuse à s’admettre comme tel, depuis 2010. Votre créativité, fut-elle noire messieurs de l’opposition, il fallait l’y mettre. Puisqu’une fois passée, vous le saviez, la navette présidentielle ne revenait que cinq ans après. Alpha Condé est donc notre Président, à nous et à vous. Choisir de lui pourrir la vie, de lui rendre sa terre ingouvernable, n’a concouru qu’à lever le voile sur vos plus intimes intentions. Arrêtez donc. Réglez en hommes matures tous vos problèmes de confiance, mais épargnez le peuple, je vous en conjure. Opposition, sors du bluff politique, sors de la surenchère. Vois-tu, Le peuple de Guinée n’est ni une marchandise, ni une munition à exploiter contre Alpha Condé. Nous ne comprendrons jamais que l’on veuille conduire un peuple qu’on envoie bien souvent immoler.

Et de cet Alpha Condé précisément. Quel Président étonnant et mystérieux que lui ; qui peut laisser s’embraser le pays pour un brimborion…, pour une vétille. Il ne s’agit pourtant que de rapporter un foutu chronogramme et sauver des vies. Quelle occasion unique de pouvoir s’inscrire à l’histoire guinéenne que celle-ci ! Au lieu de cela, le régime de Monsieur notre Professeur Président choisit bonnement d’accumuler ses trophées mortuaires. Comme pour dire qu’Ebola n’avait pas suffi, Zogotha, Nzérékoré et Womey non plus, à faucher d’innocentes vies guinéennes et à les arracher fatalement à leur terre ! Epargnez le peuple, je vous en conjure, Monsieur le Président.

Voyez-vous, Dieu le souverain juge en demande plus au chef qu’à quiconque. Vous pourrez bien vous défendre ici-bas, Monsieur le Président, prétendre ne rien avoir avec le massacre du peuple dont vous êtes le Chef, mais devant Dieu, Monsieur le Président, vous perdrez votre langue sans doute. Il vous a établi sur ce peuple afin de veiller sur lui. Manquez à cela, vous lui rendrez des comptes.

Mouvance et Opposition, écoutez bien. Je vous parle de Dieu parce que, voyez-vous, vous semblez totalement insensibles aux voies et aux discours humains. Votre manque de confiance envers l’autre vous a ôté cet attribut essentiel de l’espèce humaine et c’est triste ! Si donc, en vous subsiste un moindre penchant à la religion, je vous prie d’ouvrir vos cœurs à ce qu’elle a à vous apprendre sur votre propre sort. Ne vous y trompez plus, si vous brûlez la Guinée, vous brûlerez, vous aussi !

Plume à Tamba Zacharie Millimouno

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top