Actualités

Le président Condé à la tribune du 1er Mai : Des aveux d’un irréductible « opposant »

calb15688image_jpgIl restera opposant jusqu’au trognon, opposant même à son propre régime, à sa propre gouvernance dont il n’hésite point à étaler les ratés et autres défaillances, pour X ou Y raison, tançant au passage des collaborateurs directs, des ministres au premier chef, sans oublier l’éternelle ritournelle servie à chaque fois, les attaques au vitriol contre ses adversaires politiques, pour la plupart d’anciens dignitaires du régime de feu Général Lansana Conté.

C’est donc plus un opposant à sa propre gouvernance qui s’est dressé devant la classe ouvrière guinéenne vendredi 1er mai au palais du peuple, plutôt qu’un président avec tout ce qui va avec au plan rhétorique politicienne.

Le président Alpha, comme à chaque occasion, a ressorti le même discours que celui qu’il a à la bouche depuis qu’il est aux commandes, rejetant toute la faute aux autres, aux autorités antérieures.

Et comme à son habitude, il les a accusés à nouveau des sept péchés capitaux d’Egypte, avec à la clé les mêmes piques comme toujours : ceux sont eux qui ont vendu les rails, Air Guinée, Friguia, et d’autres, et aussitôt, c’est le chiffon rouge des audits, qui est agité à nouveau, menaçant de tout publier pour que le peuple sache la vérité.

La vérité aussi, c’est cet aveu d’impuissance que le chef de l’Etat, a fait à la tribune du 1er Mai : Il avoue qu’à son arrivée au pouvoir, il ne connaissait pas les cadres guinéens, sinon, il le dit lui-même, la moitié de ceux qui sont au gouvernement, ne le serait point.

Il pointe à nouveau le manque de culture de travail, de résultat et la démagogie des cadres de l’administration publique, sans dire ce que sa gouvernance a fait pour changer cet état de fait, voici bientôt cinq ans. Ou bien il ignore ce que sa fameuse réforme de l’Etat, a donné ?

Et puis, ce qui est triste, Alpha Condé avoue cinq ans après avoir travaillé quasiment avec le même attelage gouvernemental, il y a eu peu de bouleversement depuis qu’il est aux affaires, et comme sortant d’une longue torpeur, il découvre le vrai visage de ses ministres, il est conscient que s’il les connaissait avant, la moitié au moins ne serait pas au gouvernement, pourtant il continue de les garder, de travailler avec eux. Pire, il est entouré d’une bonne partie de la caque Conté.

Quelqu’un a dit que le tigre ne brandit pas sa tigritude, le tigre bondit et dévore…

La plèbe avait besoin d’écouter autre chose !!!

Aboubakri

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top