Actualités

Marche de l’opposition : la ville pas complètement morte

12oppositionL’appel à la ville morte de l’opposition a été peu suivi dans la ville de Kindia. Ce matin, elle affichait un air de clair-obscur ; alors que les boutiques du principal centre d’affaires de la ville sont restées fermées, on pouvait constater, à contrario, que le marché central lui a bien fonctionné, sans discontinuer toute la journée. De même, l’administration et les écoles n’ont pas connu de répit ; preuve que le mouvement n’a pas, comme par le passé, drainé de grand monde, la circulation aussi était ordinaire, avec les navettes assurées essentiellement par les taxi-motos.

Joints au téléphone, les principaux leaders locaux des partis d’opposition, en l’occurrence ceux de l’UFDG, Petel Bah et le secrétaire fédéral de l’UFR, Aboubacar Forécariah Soumah, ont tous dénoncé la volonté du gouvernement de tuer la démocratie à la base. D’ailleurs, ils n’ont pas daigné quitter leurs domiciles, vu qu’ils purgent actuellement, depuis une semaine, une peine de prison avec sursis, suite à la dernière marche de l’opposition républicaine qui avait fait Trois blessés à Kindia, dont deux gendarmes.

Tout porte à croire que la ville morte de ce lundi est le signe de l’essoufflement du mouvement de l’opposition républicaine qui revendique toujours l’inversion de l’ordre des élections communautaires et présidentielle.

Denis GAMY

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top