Actualités

SICA 2014 : Moise 1er réclame sa part d’argent à l’artiste Koundouwaka (Ses vérités)

sontyJe suis Camara Moussa Moise, Initiateur de la plateforme TV, festival TV, et Festival TV est la première plateforme TV exclusivement dédiée aux festivals d’Afrique, notre mission c’est de relayer le contenu des festivals au près des Télés africaines qui n’ont pas de gros moyens pour se déplacer pour venir couvrir ces festivals sur le terrain et les festivals n’ont plus de gros moyens pour les faire venir.

Du coup il fallait proposer une alternative pour palier à çà. D’ou l’idée de festival TV. Par ailleurs, nous profitons de cette place là pour faire du booking artistes pour jeunes talents au près des festivals africains.

Pour revenir à Sonty, j’ai monté de toute pièce sa participation au SICA 2014, et pour cette participation au SICA 2014, j’ai monté un dossier de subvention et de sponsoring pour accompagner ce projet culturel avec Abraham Sonty, Al souaré. Après nos démarches, pour une équipe de 8 personnes (Koundou et ses musiciens au nombre de 4, Al Souaré et deux journalistes du magazine Foniké Vibes, qui se sont d’ailleurs pris en charge, comme on a pas eu de billets pour eux, plus moi le représentant SICA en Guinée).

L’actuel ministre de la culture, Amirou Conté est témoin des démarches car c’est lui-même qui nous a introduit chez le PM pour défendre le budget du projet et c’est ce qui fut validé par le pays.

Pour le décaissement des fonds, actuellement comme l’argent ne sort pas dans la pagaille, il fallait que le dossier fasse le circuit normal en passant par le trésor public via la primature. Donc ça prenait du retard. C’est ainsi que nous avons décidé de voyager sans attendre les chèques.

Quand nous avons rencontré le Premier Ministre, il a béni pour nous et a promis de nous rembourser les dépenses une fois de retour après le festival. Pour qu’on puisse voyager, c’est le ministère de la culture qui s’est porté garant au près d’une agence de voyage que Abraham Sonty avait négociée.

En transit à Casablanca nous avons rencontré le mécène Antonio Souaré, qui nous a fait la même promesse.

Bref, à notre retour moi je suis resté sur Casablanca au compte de Festival TV, pour trouver d’autres liens de festivals pour nos artistes car j’avais déjà des interlocuteurs. Au Maroc, il a été convenu entre nous trois : Abraham Sonty, Al Souaré et moi-même que l’on rembourserait les frais de billet, et de perdiems que la délégation guinéenne même avait prise en charge et le partage de l’argent sera fait de façon équitable après le payement de l’Etat et de Antonio.

Et la part de festival TV, représentant du festival SICA, sera l’équivalent du fond d’aide à la participation de la Guinée au prochain SICA comme chaque année depuis 2013.  A notre grande surprise, Koundouwaka est rentré en possession de toute cette somme importante à Conakry.

Pour les billets d’avions, il s’est arrangé avec l’agence de voyage qui n’a pris que 10% des 81 millions gnf et le reste lui est entièrement revenu. Il aurait fallu les menaces d’Al Souaré pour qu’il donne au moins 20 millions GNF à ce dernier.

Moi qui suis le représentant SICA,  je n’ai reçu aucun franc.  Après de multitudes pressions, Al Souaré a réussi à m’envoyer que 400 € en me disant d’attendre le décompte final avec Sonty.

Donc, Sonty a empoché près de 112 millions GNF après toutes dépenses.

Et il refuse catégoriquement de payer l’argent du représentant de SICA, sous prétexte que c’est lui la star, et que c’est lui qui a eu le trophée. Et aujourd’hui moi je suis bloqué au Maroc ici car je ne peux pas rentrer à Conakry, faute de billet d’avion, en plus de çà nous avons contracté pas mal de dettes pour la communication pour le voting sur Internet et autre.

Depuis janvier 2015 Koundouwaka me fait tourner en rond. C’est vraiment malhonnête ! Moi j’ai pris des dettes énormes par tout organiser, les conférences des nominés SICA avant notre départ et plein de communication pour donner plus de visibilité à ce projet. Le Festival SICA est connu même par le chef de l’Etat grâce à nos actions.

En 2013, pour la première participation de la Guinée avec Koumba Avianne et moi, c’est le chef de l’Etat en personne qui avait payé nos billets d’avion pour Cotonou et tout s’est bien passé.…

Si les choses continuent ainsi, la participation de la Guinée est d’orge et déjà menacée à un des plus grands rendez-vous culturels sur le continent, STAR DE L’INTEGRATION CULTURELLE AFRICAINE. 30pays y participent avec de fortes délégations et tous pris en charge par leurs Etats.

Le festival n’assure que l’hébergement et la restauration et ça dure une semaine.

NB ; il y a eu deux payements de budget de 81 Million.

1 – par Antonio Souaré, chèque remis à Sonty (c’est avec ce montant que toutes les dépenses ont été remboursées de son côté par rapport au billet d’avion)

2 – Par l’Etat via la primature, c’est ce montant qui était censé être partagé entre les nominés pour la victoire de la Guinée et Festival TV, le représentant de SICA dans l’optique de l’organisation des prochaines participations au Festival SICA, mais aussi permettre une certaine mobilité de festival TV dans sa démarche de recherche de place dans les festivals africains.

Important aussi à savoir que tout cela s’est passé dans un contexte d’EBOLA où il y avait aucun spectacle en Guinée et pendant ce moment moi je cherchais à trouver des opportunités de spectacles en dehors du pays pour redorer l’image de notre cher pays qui était très marginalisé par rapport à Ebola.

A rappeler que la participation du Liberia et la Sierra Leone a été annulée pour cause d’Ebola, c’est grâce au Lobbying que j’ai personnellement fait auprès de la direction du Festival pour que la Guinée puisse Y participer.

La seule chose que je veux moi c’est être rétabli dans mes droits afin que je regagne chez moi Conakry, car j’ai payé déjà assez de facture de logement et autre ici au Maroc et là j’en ai assez.

De Moussa Moise Camara, représentant SICA en Guinée

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top