Actualités

Kindia : Lancement du 4éme sommet régional sur la protection de l’enfant

Search for common groundAprès Labé, Kankan et Nzérékoré, l’ONG Search For Common Ground a mis le cap sur Kindia ce lundi dans le cadre de la poursuite des activités du projet intitulé « Impliquer les enfants et les jeunes en tant que partenaires dans la prévention des violences faites aux enfants ». Ce projet initié en partenariat avec le parlement des jeunes de l’Union du Fleuve Manon ainsi que le ministère de l’action sociale à travers le parlement des enfants de Guinée, couvre trois pays dont le Liberia et la Sierra-Leone et vise à comprendre la perspective des enfants et jeunes sur la violence dont ils sont victimes en analysant les causes, les conséquences, les formes et les mécanismes de protection des enfants. Le sommet de Kindia, quatrième du genre après ceux tenus dans les trois autres régions naturelles du pays, vise à faire une synthèse des résultats de recherche menée par les jeunes chercheurs de l’institution. Deux objectifs majeurs peuvent en être retenus : contribuer à l’éradication de la violence faite aux enfants et renforcer la capacité des enfants et des jeunes à défendre leurs intérêts et à prévenir la violence contre leurs pairs. Il s’agira donc, en conséquence, d’identifier les formes de violence contre les enfants, utiliser les recommandations des enfants et jeunes pour influencer la politique nationale en la matière et favoriser leur implication au niveau local.

Les résultats obtenus suite aux consultations dans les communautés ont permis de retenir six (6) catégories de violence : les violences intra familiales, les violences scolaires, les violences sur le genre, la sous-alimentation, l’exploitation des enfants et les violences de rue.

Le chemin est donc bien balisé mais beaucoup reste à faire. Le constat est que malgré le renforcement de l’arsenal juridique relatif à la situation de l’enfance, la question de protection des droits de l’enfant est loin d’être surannée. Question d’avenir et de développement, la défense des droits de l’enfant doit interpeller au tout chef les acteurs qui rêvent de lendemain meilleur. Aboubacar Dansoko du parlement des jeunes de l’union du fleuve Mano l’a rappelé, « lorsque la cause des enfants et des jeunes est bien défendue, c’est la nation qui est sauvée ».

Mais « notre pays connaît aujourd’hui une démission parentale dans l’encadrement des enfants » a souligné pour sa part Dr Doma Traoré, directeur de cabinet du gouvernorat de Kindia, au lancement des travaux, d’où le plaidoyer du coordinateur programme de SFCG « faire de telle sorte que les conclusions de cet atelier ne restent pas dans les tiroirs ». Un sommet national de validation des résultats de recherche sur les outils de communication sur la protection de l’enfant consacrera, dans les semaines à venir, les recommandations du présent projet dans les trois pays bénéficiaires.

Denis GAMY

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top