Actualités

Quand les consommateurs se font escroquer dans certaines stations-service de la place

stationsLes droits des consommateurs ont toujours été violes en Guinée, et le consommateur lui-même escroqué. En tout cas c’est le constat qui ressort d’une visite inopinée que le président de la confédération des organisations de défense des consommateurs de Guinée a effectuée récemment dans une station-service de la place, à Sonfonia gare.

Nous sommes dans le domaine des hydrocarbures, et toutes les pompes dans les stations-services ne sont pas autorisées à servir du carburant aux usagers. Pour faire la part des choses, l’institut guinéen de normalisation et de métrologie affiche des étiquettes sur chaque pompe.

Une étiquette verte sur laquelle on peut lire « Instrument reconnu conforme « , et une étiquette rouge sur laquelle est écrit  » Instrument reconnu non conforme « .

Ainsi chaque pompe comportant l’étiquette rouge peut permettre au pompiste de frauder en faisant croire au client qu’il a reçu le nombre de litre de carburant demandé.

La manœuvre consiste à afficher effectivement la somme et le litre de carburant demandés, mais en fait, c’est en deçà de la quantité exacte demandée.

Ainsi depuis un certain temps, beaucoup de personnes se plaignent de ce phénomène sans pour autant pouvoir percer le mystère.

Un taxi-maitre du nom de Aguibou Barry, raconte qu’à chaque fois qu’il se fait servir à la station, son carburant dure moins que quand il se fait servir sur le marché noir.

Les fraudeurs épingles ce jour-là eux, se défendent sous prétexte que leur station a été vandalisée lors des récentes manifestations politiques qui auraient endommagé certaines des pièces des pompes, ce qui les obligerait à bricoler…sauf que cela n’a pas du tout convaincu M. Facinet CAMARA, président de la CNODCG selon qui, l’inapplicabilité de la lois L94 relative à la protection des consommateurs et aux contrôle des denrées et services, donne libre cours à la violation des droits des consommateurs guinéens.

En conséquence, il pense que l’institut guinéen de normalisation et de métrologie est soit inactif, soit complice des fraudeurs dans ce secteurs des hydrocarbures.

Quant à certains propriétaires de voitures interviewés sur les lieux, ils ignorent qu’il existait des étiquettes indiquant la conformité ou non d’une pompe dans une station-service.

C’est le cas d’Ibrahima BARRY qui nous dit ceci  » j’ai commencé à conduire la voiture depuis six ans, mais c’est ma première fois d’entendre parler de ça, je viens acheter, et puis je pars « .

« Ceci est symptomatique de l’inaction de certains de nos services de contrôle et de répression des fraudeurs ».

« On espère que l’institut guinéen de normalisation et de métrologie se mettra à la tâche en initiant une campagne de vulgarisation sur ces étiquettes qu’il a rendu opérationnelles depuis au moins quinze ans »

Mamadou Oury Diallo     

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top