Actualités

Deux ONG de défense des droits de l’homme, MDT et ASF, dénoncent la détention illégale et arbitraire de deux détenus au PM3 de Matam

1prisonnDeux ONG de défense des droits de l’homme, « Même Droit pour Tous » et « Avocats Sans Frontière », dénoncent les détentions illégales et arbitraires de deux détenus au PM3 de Matam sans jugement. Ces détenus sont accusés par les services en charge de l’enquête d’avoir fomenté un coup d’Etat dans la foret de Kérema à Nzérékoré pour renverser le régime en place. Ces avocats se sont exprimés cet après-midi à Conakry lors d’une conférence de presse.

Doguiste Koly Théa, caporal-chef a été enrôlé dans l’armée en 2009. Au départ, il était un simple confectionneur de chaussures militaires au camp Alpha Yaya Diallo. Atteint d’une maladie qui le rend inopérant au sein des forces armées guinéennes, il décide de retourner dans sa ville natale à N’Nzérékoré pour se faire soigner et en même temps pratiquer l’agriculture et la cordonnerie à Kéréma où il s’était retranché. Le président de la république lors de son passage dans cette localité découvre son talent et lui promet le financement d’une cordonnerie moderne où il pourrait confectionner des chaussures militaires.

Le 06 mai 2015, l’horizon s’assombrit pour lui quand il reçoit dans son champ la visite de deux gendarmes. Le 07 mai, il est arrêté et mis en prison. Son cousin Kalla Onomou, économiste, venu à la gendarmerie pour connaitre les motifs de l’interpellation du caporal Chef est aussi mis aux arrêts, a expliqué maitre Gabriel Faya Kamano de l’ong Avocats Sans Frontières.

Le 10 mai, ils sont transportés au camp militaire de N’Nzérékoré puis chez le préfet pour être entendu. Le 11 mai, les deux détenus sont déportés à Conakry précisément au PM3 de Matam où pendant une semaine ils n’ont eu accès ni à leurs avocats ni à leurs parents, rapporte cet avocat qui ne pas comprendre qu’on accuse ces clients de vouloir renverser le régime sur place sans pouvoir rapporté la preuve des accusations.

L’affaire inquiète désormais les avocats. L’état de santé du caporal-chef se détériore. Le délai de la garde à vue de 48 heures renouvelables une fois sur instruction d’un procureur est largement dépassé. « C’est nous qui crions au complot, il y a complot contre nous. Il y a complot contre nos clients. On veut les sacrifier sous l’autel des intérêts égoïstes et personnels« , martèle cet avocat

Selon maitre Frédéric Foromo Loua, ces interpellations interviennent quelques jours après le passage du chef de l’Etat en foret où il avait annoncé lors d’un discours qu’une rébellion se préparait dans la foret de Kéréma pour renverser son régime.

Bah Sekou

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top