Actualités

Le Bloc Libéral pointe une ‘’ opération de déstabilisation sociopolitique de la Guinée forestière’’ (Déclaration)

Faya-MilimonoLe Bloc Libéral (BL) informe le Peuple de Guinée qu’une opération de déstabilisation sociopolitique de la Guinée Forestière est en cours. Cette manœuvre a commencé par la Moyenne Guinée, dès 2011, par l’opposition des Roundhés aux Peulhs.
En Guinée Forestière, la première phase de ce montage machiavélique vise à opposer les Konias, les Manias, les Malinkés et les Kourankos, d’une part, aux Kpelles, Tômas, Kissis, Kônons et Manôns, d’autre part. Cette phase est déjà en cours d’exécution.
Le pouvoir en place, se sentant rejeté par les populations éprouvées de la Guinée Forestière est à l’origine de cette campagne de subversion. Cette campagne repose sur la désinformation qui consiste à faire croire que les allogènes seraient numériquement plus nombreux que les autochtones. En fait, elle vise trois objectifs : (1) intimider les autochtones forestiers face aux allogènes qui sont présentés comme étant numériquement dominants et par ricochet chefs des autochtones (2) préparer les esprits à accepter les résultats falsifiés en faveur du candidat du RPG, qui sortiront des urnes, à l’élection présidentielle prochaine et (3) en cas d’échec du plan machiavéliquement préparé, semer des troubles dans la région pour obtenir l’annulation du vote.
La présence des Donzos (une milice gouvernementale déguisée) s’inscrit dans une manœuvre politicienne qui vise à faire peur aux populations et à les soumettre à la volonté rétrograde du gouvernement de réinstaurer la dictature dans le pays.
Aussi, l’assertion de la supériorité numérique de certaines ethnies par rapport aux autres est complètement fallacieuse. Elle est aussi insensée que de dire que « la vache est le mari de l’âne ». En effet, durant le régime du PDG, les populations guinéennes ne se sont jamais recensées par catégories ethniques. Ainsi, le manque de rigueur dans les thèses du régime en place, en manque de vision et de projets de développement socio-économique, en fait de simples élucubrations.
Le bouleversement de l’échiquier électoral national, par l’arrivée sur la scène de leaders charismatiques et jeunes, met le pouvoir, en manque de bilan positif, aux abois. Alors, constatant qu’il n’a plus la mainmise sur l’électorat national et en particulier celui de la Forêt, le pouvoir en place engage des manœuvres visant à diviser pour régner. C’est cette triste réalité qui a précipité le lancement de la deuxième phase de l’opération de déstabilisation de la Guinée Forestière. Cette opération, qui vient de démarrer, consiste à allumer des foyers de tensions entre les Kphelles, Tômas, Kissis, Kônons et Manôns… C’est dans ce cadre que des agents provocateurs ont été dépêchés en région forestière, avec l’appui des donzos en N’Zérékoré pour point de départ. Leur mission dans cette ville est de semer des troubles lors de manifestations pacifiques et d’opposer les Kpellehs aux Manôns. Les deux communautés, rappelons-le, ont vécu jusqu’à maintenant dans une convivialité sans faille.
Pendant cette année électorale, le Bloc Libéral demande aux Guinéens, en général, aux habitants de la Région Forestière, en particulier, de ne pas se prêter aux manipulations politiciennes du Gouvernement. Le Bloc Libéral demande aux populations de ne pas mordre à l’appât de division que leur lance la mouvance présidentielle actuelle. Les conséquences seraient terribles dans le moyen et long-terme, tant pour les autochtones que pour les allogènes.
Aussi, le Bloc Libéral met-il en garde les Guinéennes et les Guinéens contre les menées de division du pouvoir actuel qui n’en est pas à sa première expérience dans ce genre de manipulations, comme cela a été le cas quand il a opposé les éleveurs aux agriculteurs au Fouta et en Région Forestière.
Pour conclure, le Bloc Libéral attire l’attention du peuple de Guinée épris de paix et de liberté, ainsi que celle des pays amis sur le péril imminent que font courir les méthodes éculées du pouvoir actuel. Toutes stratégies pouvant entrainer des troubles sociaux dans notre pays doivent être combattues avec la dernière énergie par tous les patriotes. La démocratisation de notre pays doit être à la fois le moyen et la fin de notre vision d’une société progressiste.

Fait à Conakry le 05 juillet, 2015
Le Bloc Libéral (BL)

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top