Actualités

« Montée d’un climat d’hostilité » en Guinée forestière : Les craintes du Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (Lettre Ouverte au Président de la République)

zerekore« Montée d’un climat d’hostilité » en Guinée forestière : Les craintes du Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (Lettre Ouverte au Président de la République)

A son Excellence Monsieur le Professeur Alpha Condé,
Président de la République de Guinée
Monsieur le Président,
Le Bureau Exécutif du CSDF (Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière), voudrait vous exprimer son inquiétude quant à la montée de climat d’hostilité entre les communautés de la Guinée Forestière. Ces derniers temps, notamment avec l’approche des présidentielles, plusieurs faits établissent de plus en plus l’effritement de la convivialité, qui a prévalu jusqu’à maintenant, entre les populations de notre région.
Le CSDF est anxieux en raison du climat d’hostilité qui couve depuis un certain temps en Région forestière qui, s’il n’est pas rapidement jugulé, pourrait prendre corps ; ce qui troublerait largement cette partie de la Guinée, pendant et bien après les élections présidentielles de 2015. Un adage populaire ne dit-il pas « mieux vaut prévenir que guérir » ? C’est dans cet esprit que nous voudrions vous demander de prendre des mesures préventives énergiques pour parer à cette grave éventualité. Il y va de la stabilité et de la paix dans notre pays ; de même que celle de la Mano River Union.
Monsieur le Président,
Nous tenons à attirer votre haute attention sur les déclarations incendiaires de vos proches collaborateurs dont, notamment Monsieur Amadou Damaro Camara, Président du groupe parlementaire de votre parti à l’Assemblée Nationale. En effet, les déclarations de l’intéressé telles que rapportées par les medias, sont susceptibles d’exacerber les tensions entre les autochtones et les allogènes du Sud-Est Guinée ; tant dans ses discours que dans ses interviews, l’intéressé prétend sans rire que les allogènes seraient plus nombreux que les populations autochtones de la Guinée Forestière. Une telle assertion est d’autant plus erronée que le dernier recensement ethnique en Guinée remonte à 1955.
Monsieur le Président,
Il vous souviendra qu’en 1990, à la faveur des élections communales, il y a eu des affrontements entre Guerzés et Koniakés, dans la ville de N’Zérékoré, entrainant d’important dégâts humains et matériels. Il vous souviendra également qu’en 2013, les mêmes protagonistes se sont encore affrontés avec les mêmes bilans macabres.
Le CSDF souhaiterait vivement épargner ces mauvaises épreuves et tragédies qui ont été enregistrées en Guinée Forestière depuis 2010 (Zowota, Galakpaye, Saworo, Woymey, Koulé, etc.) Aussi, nous vous saurions gré de bien vouloir prendre toutes les mesures nécessaires pour désamorcer ces tensions qui montent entre allogènes et autochtones. Dans ce sens, Monsieur Damaro Camara et ses semblables devraient adopter un langage moins guerrier et confligène. Nous serions tout à fait disposés à concourir à toutes ces entreprises visant à l’apaisement dans la région Forestière.
Monsieur le Président,
Comme le disait le Président Abraham Lincoln, « Tout leader qui veut entrer dans l’histoire doit éviter de commettre des actes pour lesquels il ne saurait accepter la responsabilité ». C’est dans cet esprit que le Président Nelson Mandela a évité d’opposer les noirs aux afrikaners en Afrique du Sud ; Il a plutôt jeté les ponts entre ces populations pour les rapprocher au lieu d’ériger des murs pour les diviser. La grandeur d’un leader se mesure par sa capacité à rassembler son peuple, et par sa capacité à cultiver et à maintenir la paix sociale. Au-dessus de toute considération politique, il serait grandement souhaitable que vous œuvriez au rapprochement des Guinéens au sein des régions, d’une part, et entre les régions, d’autre part.
Pour terminer, nous voudrions attirer votre attention sur les agissements des cadres alimentaires de la Région Forestière qui gravitent autour de vous. Ils vous induisent en erreur en vous faisant croire qu’ils ont de l’influence sur les populations de notre région. Monsieur le Président, au soir de votre pouvoir, c’est le solde comptable de vos actes qui déterminera si vous aurez droit à une couronne ou à une croix.
Dans l’espoir de vous voir prendre d’urgence les mesures correctives nécessaires à cette préoccupante situation en Guinée Forestière, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

Le Bureau Exécutif Mondial
Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF)

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top