Actualités

Drame de Rogbanè : Un an après, l’incurie des autorités locales, toujours en travers des gorges des familles de victimes

plage Ckry29 juillet 2014-29 juillet 2015, il y a un an jour pour jour que se produisait, sur une plage bondée de monde de Conakry, un drame où 33 âmes innocentes, avaient péri.

Il s’agissait toutes de jeunes et de moins jeunes (filles et garçons), venus nombreux mâter un concert de rap, qui mettait à l’affiche deux des plus célèbres groupes de hip-hop du pays. C’était à l’occasion d’une fête religieuse.

Un an après, le souvenir de ce drame, reste vivace dans la conscience collective, et les familles des victimes, continuent de vivre en silence le mal de la disparition de leurs proches.

On s’en souvient, l’enquête ouverte à cet effet, pour situer les responsabilités des défaillances qui avaient entraîné ce drame, avait permis de trimballer à la justice, les organisateurs du spectacle, les autorités du quartier de Taouyah, le président de la délégation spéciale de Ratoma, le gouverneur de Conakry et le directeur de l’agence guinéenne de spectacles.

Au terme d’un jugement qui avait été expédié, seuls quelques menus fretins, avaient essuyé des condamnations légères, le gouverneur de Conakry et le maire de Ratoma, pourtant, premières autorités visées par les critiques, ayant été purement et simplement, acquittés.

Un an après, des interrogations demeurent sur l’acquittement de ces autorités. Ont-elles été couvertes par l’Etat au plus haut niveau ? La question reste posée.

Au-delà, aucune mesure d’ordre sécuritaire, n’a pu être prise par ces autorités, pour permettre la réouverture des plages de Conakry, toutes fermées depuis ce drame.

Bouba

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top