Actualités

France: le directeur de cabinet d’Ali Bongo en garde à vue

ABOMaixent Accrombessi, directeur de cabinet du président gabonais Ali Bongo Ondimba, est en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire à Paris pour y être entendu sur des faits présumés de corruption d’agent public étranger et de blanchiment.

Maixent Accrombessi a été interpellé à l’aéroport de Roissy ce lundi 3 août alors qu’il s’apprêtait à s’envoler pour Libreville. L’affaire sur laquelle il est entendu par la police judiciaire française débute en 2007 lorsque Tracfin, la cellule du ministère français des Finances chargée de la lutte contre la corruption, émet un signalement sur un contrat de marché public passé en 2006 entre l’Etat du Gabon et une société française, Track. L’entreprise basée en région parisienne est spécialisée dans la fabrication des uniformes militaires. Le contrat porte sur plus de 7 millions d’euros.

Mais c’est surtout un autre virement que Tracfin juge « problématique ». Un virement de 300 000 euros versés, cette fois, par la société Track à une autre entreprise basée au Gabon et ouverte au nom d’un proche de Maixent Accrombessi.

C’est cependant à un autre virement que la police française s’intéresse particulièrement. Un virement de plus de 300 000 euros versés par la société Marck à une société gabonaise immatriculée au nom d’un proche de Maixent Accrombessi. S’agit-il d’un pot de vin ? D’une rétrocommission ? Une enquête préliminaire est ouverte en France. Elle est confiée à la police judiciaire, et plus précisément à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF).

Depuis, les policiers français ont remonté la piste et ont donc des questions à poser à Maixent Accrombessi. Ils disposent pour cela de 48 heures au maximum de garde à vue.

RFI

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top