Actualités

Une militante de l’UFDG écrit au président de l’UFDG : « L’UFDG doit être capable de montrer qu’il est un parti national…le départ d’un seul militant au sein de votre parti est une perte de trop » (Lettre ouverte)

MTMMonsieur le Président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, UFDG, El Hadj Mamadou Cellou Dalein DIALLO, je vous écris cette lettre avec un pincement au cœur. Mon cœur se refroidit à chaque fois que je pense le combat ultime pour lequel se bat l’UFDG est en train de se compromettre par des actions nuisibles à la sante de l’UFDG.

Les militants et sympathisants de l’UFDG défendent des valeurs sociales, politiques et démocratiques dignes et légitimes. Mais à chaque pas vers la sacralisation de ses ambitions, nous constatons des défaillances multiples et variées. Certainement vous vous demandez qu’est-ce que je veux dire ?

Tenez, Monsieur le Président de l’UFDG,

Depuis les dernières élections présidentielles de la République de Guinée, en novembre 2010, depuis votre magnifique défaite face à votre principal adversaire politique, depuis que vous avez reconnu cette défaite devant l’opinion nationale et internationale, certes pour sauver des vies et faire preuve de maturité politique, depuis cette date, vous êtes animé par la seule ambition : comment accéder à la magistrature suprême de notre pays ?

Cette ambition qui vous anime, Monsieur le Président, est la seule qui anime aussi militants et sympathisants de l’UFDG.

UFDG est animé par le désir mortel d’accéder au pouvoir et de vous voir conduire votre destin commun et réaliser toutes vos ambitions politiques et programmes de société afin de permettre aux guinéens de vivre heureux, libre et digne dans un pays où l’ordre et la justice seront le cheval de bataille, où la gestion rigoureuse des ressources naturelles, financières, matérielles et humaines ne souffrira d’aucune velléité.

L’UFDG rêve de vous voir diriger un pays uni et solidaire, un pays où tous les guinéens sont des frères et des sœurs, un pays où la discrimination, le communautarisme, le régionalisme, le laxisme, l’égocentrisme, l’injustice sociale et administrative, la corruption, le détournement des deniers publics, la violation répétée des droits de l’homme et des libertés fondamentales, la criminalité, la gabegie financière, les inégalités sociales et les frustrations qui accumulent les humiliations seront éradiquées pour une vie commune et apaisée.

Nous rêvons tous d’une nation où toutes les communautés seront unies autour des valeurs de paix, de justice, de sécurité, de tolérance, de pardon, de partage, de fraternité et d’amour, M. le Président El hadj Mamadou Cellou Dalein DIALLO.

Mais au regard de cette noble ambition, je constate avec amertume que l’UFDG se prête aux jeux de ses ennemis qui ne se soucie plus de la préservation des vies humaines ou de la responsabilité sociale et sociétale, politique et parlementaire.

L’UFDG ne se soucie plus de la question de la vie et de la sécurité de ses militants ?

L’UFDG ne se soucie plus de la question de morale et de l’éthique ou déontologique politique ?

L’UFDG ne se soucie plus de l’unité des ethnies dans leurs ensemble et de leur unification ?

L’UFDG ne se soucie plus de compter au sein de son rang les autres communautés à la veille des élections présidentielles de Octobre 2015 ?

Épargnons un peu des vies et agissons dans le jeu politique et démocratique, mettons fin à nos marches politiques et nos protestations violentes.

La question de savoir comment amener les autres ethnies au sein de l’UFDG et leur convaincre par des programmes de société et politique bien élaborés où chaque guinéens trouvera son compte doit être votre cheval de bataille qui focalise l’attention. Refusez d’aller aux élections lorsque les conditions minimum de transparence, d’équité et de crédibilité ne sont pas réunies. Plus loin boudez les sessions parlementaires et quittez l’Assemblée Nationale si les causes que vous défendez ne s’y retrouvent pas surtout quand il y a hold up électoral et il y en aura certainement. Ne regrettez rien, vous n’aurez rien perdu tant que vous œuvrez pour la défense de la patrie, l’instauration de la paix, de la démocratie et de l’unité nationale et tant que UFDG n’a pas perdu des vies sur le champ de bataille.

Aujourd’hui tout votre combat consistera à savoir comment UFDG peut-elle arriver au pouvoir, à quel moyen et à quel prix, dans l’unité et la sécurité ? Voilà toute la question politique, M. le Président, qui doit vous séduire.

La politique de l’UFDG doit aujourd’hui consister à faire adhérer les populations sceptiques et indécises et qui ne connaissent pas les vraies valeurs de notre parti ou qui ne se reconnaissent pas militants et sympathisants de l’UFDG, M. le Président, pour gonfler vos rangs et se préparer aux différentes échéances électorales prochaines.

Aujourd’hui, vous êtes réélu une nouvelle fois comme président de l’UFDG pour une durée de cinq ans parce que vos militants sont convaincus que vous êtes le leader incontesté et incontestable capable de mener des reformes rigoureuses, louables et dignes de confiance en République de Guinée. Mais le hic est qu’au lieu d’enregistrer des adhérents, nous enregistrons plutôt des départs au sein de votre parti. Cette question doit vous préoccuper. Vous ne devrez pas laissez votre principal adversaire politique, M. Alpha CONDÉ, vous tirer les vers du nez. Le départ d’un seul militant au sein de votre parti est une perte de trop.

Réfléchissez comment mener votre politique avant de partir en campagne électorale, M. le Président, car l’UFDG ne souhaitera pas entendre parler à nouveau qu’il n’a de militants qu’en Moyenne Guinée. L’UFDG doit être capable de montrer qu’il est un parti national en touchant le cœur des populations de la Basse Guinée , de la Haute Guinée et principalement de la Guinée forestière où le vrai jeu électoral se jouera cette année.

M. le Président de l’UFDG, je suis au regret de constater que votre député honorable Ousmane Gaoual DIALLO est cité dans un dossier « de coups et blessures volontaires, injures publiques, de violences et voies de fait et de diffamation » par le procureur de la République auprès de Mafanco. Aujourd’hui un mandat d’amener est décerner contre lui par la justice et il est activement recherché par les forces de sécurité guinéennes pour répondre à ses actes.

Que dites vous de cet acte grossier d’un député, M. le Président et chef de file de l’opposition guinéenne ? Heureusement que Honorable Ousmane a agit contre son parent Dioulde DIALLO, PDG de Tane Corporation. Imaginez quelle sera la longueur du problème lorsqu’il s’agissait d’un Malinké ? La situation serait vite saisie comme une agression ou une déclaration de guerre. C’est serait alors la seule goutte qui aurait débordé la vase, M. le Président. Voilà une tache noire qui souille votre engagement, votre volonté et votre combat. Rien ne justifie son acte qui entache les actions et la crédibilité de l’UFDG et souille votre réputation.

Honorable Ousmane n’a pas agit en vraie démocrate-libéral. Il doit être rappelé à l’ordre car il ne peut user de son immunité parlementaire pour violer les lois de la République que lui-même a votées. Je condamne cette agression à la dernière énergie, comme vous devez le faire aussi M. le Président. L’acte du député uninominal de Gaoual est tellement contraire aux principes et valeurs que défend l’UFDG ! Dans le jeu démocratique, il faut faire prévaloir la raison et non l’émotion. La démocratie est un combat politique qui se repose sur les idées et les opinions, la seule force que l’on doit faire usage, c’est la force morale qui détermine la maturité politique et les arguments.

Le jeu démocratique ne s’exprime pas par la violence mais par des valeurs. Les affaires ne se traitent non pas par la violence mais par la diplomatie et la sérénité de l’esprit. Il faut de l’intelligence et de la maturité pour mener à bien le combat politique. Contrairement à Honorable Fode Oussou et consort, je ne suis pas solidaire ni avec l’UFDG ni avec le groupe parlementaire les Libéraux-Démocrates. Je ne suis pas non plus Honorable Ousmane Gaoual DIALLO ! Je refuse de cautionner son acte. Refusez de portez aussi les erreurs des autres par manque de responsabilité, M. le Président.

  1. le Président, je vous prie de ne pas tolérer l’impunité au sein de l’UFDG ni permettre que les militants, sympathisants ou parlementaires se cachent derrières vos voiles pour semer le trouble ou le désordre. Je vous exhorte d’aimer l’ordre et la justice, de défendre toujours la bonne cause pour une Guinée unie et prospère.

Vive l’unité nationale pour que vive la Guinée !!!!

Je vous remercie.

MARIAMA PT. DIALLO

Norvège- Oslo

mombeya1@yahoo.fr

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top