Actualités

Cuba: le drapeau américain flotte devant l’ambassade des Etats-Unis

Amba USAUn moment historique à La Havane : pour la première fois depuis 1961, le drapeau américain a été hissé devant l’ambassade des Etats-Unis à Cuba, en présence de John Kerry. Le secrétaire d’Etat est la plus haute personnalité américaine à fouler le sol cubain depuis 1945. Une cérémonie très émouvante selon les témoins, sous un soleil de plomb. Cette reprise des relations diplomatiques avec l’ennemi de 50 ans s’accompagne de quelques soucis de protocole et de grincements de dents parmi les dissidents.

L’hymne américain et cubain retentissent à La Havane, dans la cour de l’ambassade des Etats-Unis, devant l’océan. La bannière étoilée est hissée, en présence du secrétaire d’Etat américain John Kerry. Cet événement, historique et émouvant, a été retransmis par tous les réseaux de télévision aux Etats-Unis.

John Kerry s’est exprimé en anglais et en espagnol. Une courte intervention pour reconnaître l’inefficacité de la politique américaine envers Cuba, l’inefficacité des 50 ans d’embargo et revenir sur les changements souhaités par les Etats-Unis à Cuba : la démocratie et les droits de l’homme, « des changements, a expliqué John Kerry, qui doivent venir des citoyens cubains eux-mêmes ».

Le secrétaire d’Etat a également parlé du courage des dirigeants américain et cubain, Barack Obama et Raul Castro, qui ont pris la décision de ce rapprochement, malgré les oppositions de part et d’autre.

Deux réceptions organisées

La courte cérémonie a eu lieu en présence de nombreux invités, américains et cubains. Côté américain, des parlementaires, des diplomates, des hommes d’affaires et des citoyens des Etats-Unis d’origine cubaine qui soutiennent ce rapprochement. Les trois marines qui avaient descendu le drapeau américains en 1961, lors de la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, étaient également présents à La Havane, visiblement très émus.

Du côté cubain, seuls les officiels étaient invités, pour des raisons diplomatiques. Une seconde réception aura lieu plus tard dans la journée, à la résidence de l’ambassadeur, avec la société civile, des dissidents, des artistes et des journalistes cubains. « La politique américaine n’a pas changé, les droits de l’homme sont toujours la priorité », explique-t-on à Washington, pour répondre aux critiques. « La liste des invités n’a d’ailleurs pas été communiquée à La Havane. »

Ces quelques heures de visite de John Kerry sur le sol cubain sont un événement, mais de nombreux dossiers restent sur la table : la levée de l’embargo américain en tout premier lieu, mais aussi le statut des migrants cubains aux Etats-Unis, les indemnisations exigées de part et d’autre depuis cinquante ans, ou encore la base de Guantanamo, dont Cuba demande la fermeture.

RFI

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top