Actualités

Retour de Dadis à Conakry : Les erreurs de casting de son parti, les FPDD

dadisUn gros flop et une cinglante tuile, pour un parti qui en est à ses balbutiements inhérents à toute nouvelle expérience.

Les FPDD, viennent de donner la preuve la plus éloquente qu’elles sont un parti amateur, composé pour l’essentiel de néophytes en politique.

A propos du retour pour le moment ‘’ impossible’’, de l’ex chef de la junte guinéenne entre 2008 et 2009, l’ancien capitaine Moussa Dadis Camara, puisque c’est de lui qu’il s’agit, devenu depuis peu président de ce parti, en deux mots comme en mille, il est à dire que ce fut une opération fichtrement mal conçue, mal embarquée.

Que d’erreurs de casting, qui ont fini par étaler aux yeux du monde, le dilettantisme de ce parti, confronté aux dures réalités du cas Dadis et qui à y observer, n’était vraisemblablement point préparé à l’affronter, à le gérer avec le tact et la diplomatie, que cela requiert.

D’abord, la communication a été catastrophique. Avec un Maxim Manimou, sacrément décevant, allant d’interviews et de contre-interviews, allant d’annonces en désannonces…

Au bout, nul ne savait plus à quoi s’en tenir. Et comble de tout, le parti qui publie un communiqué officiel, pour inviter tous les militants et d’autres guinéens qui se reconnaissent en Dadis, à se mobiliser pour l’accueillir à l’aéroport. Comme si Dadis était n’importe qui, comme s’il était affranchi de tout, notamment du joug de la communauté internationale.

Ensuite, le plan de vol. A cause de ces annonces à l’emporte-pièce, il y a eu tout l’emballement géostratégique autour du voyage retour de l’enfant de Koulé dans son pays. Ce qui a eu le don de compliquer le plan de tout vol à bord duquel celui-ci devait prendre place, pour rallier Conakry.

Le caillou de la Côte d’ivoire dans les souliers de Dadis

Par deux fois, il fallait bien s’en rendre compte aux FPDD, la Côte d’Ivoire d’Alassane Dramane Ouattara, s’est opposée au survol de son espace aérien à toute compagnie aérienne voulant embarquer un passager du nom de Moussa Dadis. Sous l’instigation de la France, ancienne métropole de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et de la Guinée.

Les FPDD et Dadis enferrés jusqu’à la garde ?

A cause du tintamarre ainsi crée autour d’un exilé, ‘’prisonnier’’ de la communauté internationale, son retour semble désormais très hypothétique.

Si dans l’entourage de son parti, les FPDD, on avance la date du 17 août ou tout au plus celle du 18 Août, il est désormais clair, et il faut que ce parti ouvre enfin les yeux, que le retour de son champion, ne sera pas une sinécure !

Il est à croire que comme la Côte d’ivoire, d’autres pays de la sous-région, pourraient bien s’opposer au passage de Dadis sur leur sol.

Même l’option d’un voyage par voie terrestre, envisagée au tout début, et qui devait être entourée de la plus grande discrétion, ne s’offre plus à Dadis et à son parti.

Enfin, que les FPDD comprennent que Dadis n’est pas n’importe qui, qu’il est celui qui perturbe sérieusement le sommeil d’Alpha Condé, qu’il est cet ancien putschiste qui veut se rallier au principal opposant de celui-ci, et que par conséquent il ne retournera pas en Guinée, aussi facilement, dans un contexte aussi tendu, à l’orée justement d’une présidentielle de tous les enjeux…

Aboubakri

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top