Actualités

Dans le tohu-bohu de Doko, le président Alpha condé jette le micro sur la table et quitte sans dire un fichu mot à ces militants.

Mandiana K5L’habitude est une seconde nature. Doko se fait remarquer à nouveau parmi les 333 sous-préfectures de la guinée pendant la tournée que le président de la république, le professeur Alpha condé a entreprise depuis quelques jours dans  la région de Kankan.

La nouvelle vaut son pesant dans toutes les radios privées de Siguiri. Après kintinia,nabou,siguirini,le président Alpha condé était dimanche matin attendu dans la sous-préfecture Doko, la plus grande de la préfecture de Siguiri en termes de densité. La mobilisation était du jamais vu, toutes les mines d’or fermées, les boutiques, les marchés également.

Les populations des 65 districts qui forment cette sous-préfecture, fortement mobilisées pour réitérer leur soutien à l’actuel locataire de Sékhoutouréya.

Il était 9h quand l’avion transportant le président a atterri à  Madinakoura –Sillabada, un secteur du district de Doko. Mais il est à dire que cette forte mobilisation des populations, avait lieu dans une désorganisation incroyable, on va dire dans une pagaille indescriptible ! Et les choses ne mettront pas de temps à virer au vinaigre !

Tout à commencer lorsque le président est sorti de l’hélico qui l’a transporté sur place. Aussitôt, il s’engage dans un bain de foule. Mais aussitôt, le président et ses services, sont noyés dans un désordre indescriptible. On se croirait au marché Madina.

Du lieu d’atterrissage à Doko-centre, que de la pagaille, rien que de la pagaille et du désordre.Bien qu’il ait essayé de s’adresser à ses militants en particulier mais en général à toute la population, Alpha Condé s’est efforcé pendant 3 minutes, en langue du terroir, pour calmer la foule avec des  « A lousabari,A loutolomalo », en vain !

De guerre lasse, il jette le micro sur la table et tourne le talon sans prononcer un fichu mot.

Dans la foulée de vives polémiques s’engagent, sur fond de déception. Certains, ils n’étaient pas les plus nombreux, donnaient raison au président Alpha Condé, d’autres, les plus nombreux  d’ailleurs, ne cachaient pas leur déception.

Un adulte rencontré sur place, dépité, s’est fendu en ces termes : « le président a un gros cœur, quels que soient les problèmes ici aujourd’hui,  il devait accepter, il devait supporter à cause de ses militants. On avait besoin de son message. S’il a besoin de notre voix le 11 octobre prochain, nous avons tout laissé aujourd’hui à cause de lui, nous avons fait des dépenses inutiles, mais ce n’est pas lui, c’est nous… », avant d’allumer sa moto et quitter les lieux.

De la foule, on entend en écho plusieurs voix pointer, incriminer les autorités administratives locales de Doko qu’elles accusent d’être à l’origine de la sarabande qui a eu lieu.

Finalement, le président Condé quittera le tohu-bohu de Doko, déçu, ses militants aussi, pour la sous-préfecture de Bancon où il trouva une foule calme et dépliée .

Sur place, le président Alpha condé commencera son discours en félicitant les Banconka avant de dire qu’a Doko il n’a vu que des drogués, des délinquants, des buveurs.

Des accusations en termes de responsabilité de cette mauvaise image de Doko continuent de faire la chronique dans les mandé brè.

Moussa Tatakourou Diawara

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top