Actualités

Polio : Comment un enfant guinéen est arrivé au Mali, avant d’être détecté souffrant de polio (Itinéraire)

polio_vaccLes problèmes contemporains surtout en Afrique se résument par ces différentes menaces : les conflits, les épidémies, les inondations, le changement climatiques, le terrorisme, l’immigration… Mais le problème d’épidémie cause de sérieuses conséquences économique et de santé publique pour les africains.

Sans en finir avec l’épidémie de la maladie à virus Ebola et ses conséquences néfastes et désastreuses sur les pays victimes, voilà que la République du Mali vient aussi de notifier un cas de poliomyélite sur un enfant en provenance de la République de Guinée.

Encore la Guinée. Comment cela s’est-il passé ? Enquête sur l’itinéraire de cet enfant de 19 mois.

                                                       Identité de l’enfant :

Ibrahim Kamissoko est un garçon, né en Guinée, âgé de 19 mois environ, de nationalité guinéenne, fils de Mamady Kamissoko et de Dogomani Dansogo. Il résidait à Siguiri, quartier de Barkoya chez Fakourou Kamissoko (Guinée) avec sa maman depuis sa naissance jusqu’à la survenue de la paralysie. L’enfant est arrivé au Mali pour la recherche des soins de kinésithérapie le 27 juillet 2015. Il séjourne actuellement à Sebenikoro avec sa maman, secteur 1, Commune IV du district de Bamako chez Badra Alou Kamissoko.

                                                  Statut Vaccinal de l’enfant

Il aurait été vacciné une seule fois (vaccin polio oral) selon la maman, la première semaine de sa naissance. L’enfant ne dispose pas de carte de vaccination.

La maman déclare avoir donné naissance à 3 (trois) enfants nés vivants dont un décédé avant l’âge d’un mois de cause inconnue. Il n’y a aucune notion de paralysie dans la famille.

                                           Circonstances de survenue de la maladie :

Le début de la maladie remonte au 20 juillet 2015 marqué par une fièvre, une paralysie brutale du membre inferieur droit. Sa mère aurait consulté le lendemain un tradithérapeute du nom de Kossa Dansogo vivant dans la même famille, grand frère à elle-même. Ce dernier aurait pensé à une sorcellerie et aurait donné des plantes pour en faire des décoctions et laver l’enfant.

Le 27 juillet 2015, devant la persistance de la paralysie, les parents décident de l’amener au Mali pour une meilleure prise en charge.

Le même jour, Ibrahim KAMISSOKO et sa maman, arrivent effectivement à Bamako, au quartier de Sebenikoro, Commune IV.

Le 28 juillet 2015, il a été reçu au service d’accueil de l’hôpital du Point G à Bamako d’où il a été orienté vers l’Unité de Kinésithérapie « Centre de Rééducation Fonctionnelle et Psychomotrice Soundiata » du Centre de Santé de Référence de la Commune III de Bamako.

Il a été consulté le même jour à l’Unité de Kinésithérapie du Centre de Santé de Référence de la commune III du district de Bamako pour paralysie du membre inférieur droit. Le diagnostic de paralysie flasque a été posé et les prélèvements de selles effectués les 1er et 2 aout 2015 à cause du fait que l’enfant n’a pas eu de selles les jours précédents.

Les prélèvements de selles ont été acheminés à la Direction Nationale de la Santé (Section Immunisation) le 03 août 2015.

Le 04 août 2015, les prélèvements ont été envoyés au laboratoire de l’Institut Pasteur d’Abidjan. Le laboratoire a reçu les selles le 06 août 2015 et les résultats ont été communiqués le vendredi 4 septembre 2015 par l’OMS, Equipe d’Appui Inter pays (IST) de l’Afrique de l’Ouest basée à Ouagadougou.

L’enfant a été mis sous traitement à base d’Uteplex ampoule buvable, d’Alvityl sirop et de séances de rééducation fonctionnelle de la jambe droite qu’il poursuit 2 fois par semaine.

                                       Historique des circonstances de survenu du cas :

Selon la mère, au moment de la survenue de la paralysie, elle habitait avec son enfant à Siguiri en guinée dans une famille de six (6) ménages avec plusieurs autres enfants. Les besoins essentiels en eau de la famille seraient assurés par l’eau de puits et l’eau du robinet et la gestion des excrétas se fait à travers deux (2) latrines familiales.

Au Mali : la maman et son enfant habitent chez le jeune frère du père de l’enfant qui est en location dans une concession avec quatre (4) autres ménages et sept (7) enfants de moins de15 ans. Parmi les sept enfants de moins de 15 ans de la concession, un n’a jamais reçu de doses de vaccins et les six (6) autres sont incomplètement vaccinés.

Eau de boisson : la source d’approvisionnement en eau de la famille est assurée par une fontaine publique

Elimination des excrétas : Il y’a une latrine traditionnelle sans couvert dans la concession ; elle se trouve dans un état passable.

                                                     Détails des circonstances :

La paralysie de Ibrahim KAMISSOKO est survenue brutalement dans un tableau de fièvre ; les parents ont pensé à la sorcellerie qui fait partie des croyances d’où le réflexe de consultation du tradithérapeute. Selon la maman, aucun autre cas de paralysie n’a été vu dans la famille et les environnants avant et pendant la survenue de la paralysie de l’enfant.

                                     Itinéraire de la famille avant la survenue de la maladie :

L’équipe d’investigation n’a pas retrouvé de notion de voyage des membres de la famille pendant les deux mois précédant la survenue de la paralysie. Le seul voyage effectué est celui du Mali pour traiter l’enfant après la survenue de la paralysie.

La mère déclare avoir reçu dans leur famille à Siguiri (Guinée) durant les deux mois avant la survenue de la maladie, deux femmes en provenance de Nabou, localité située à 130 km de Siguiri. L’une d’entre elles a séjourné pendant quinze (15) jours avec son garçon de trois (3) et l’autre, six (6) jours avec sa fillette de trois (3) ans. Les deux enfants ne présentaient aucun problème de santé.

L’enfant a voyagé avec sa maman de Siguiri à Bamako par la route en passant par Kourémalé sans transit.

Arrivé à Bamako ils ont logé chez Badra Aliou KAMISSOKO à Sébénikoro avant de consulter l’hôpital du Point G le lendemain au «Centre de Rééducation Fonctionnelle et Psychomotrice Soundiata » de la Commune III.

                                                   Plan de Riposte pour le Mali

Pour cette riposte, la stratégie sera « le porte à porte » et la cible, tous les enfants de 0 à 59 mois quel que soit leur statut vaccinal. Sur la base des résultats de l’investigation, le Mali décide d’organiser quatre passages de vaccination inclusivement du 09 septembre au 30 novembre 2015.

Il reste à savoir, quelle stratégie adoptera la République de Guinée pour prévenir cette épidémie de polio.

                                                          Lancei TOURE

                                          Consultant en Communication

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top