Actualités

Présidentielle 2015 : La CoJelPaiD va monitorer les discours des acteurs politiques

sackoLa COJELPAID, une organisation de la société civile guinéenne, s’engage sur le front de la moralisation du débat politique dans le pays.

En effet, le Réseau Convergence des Jeunes leaders pour la Paix et la Démocratie (COJEPAID), bien décidé à accompagner le processus électoral en cours, devant aboutir à la tenue d’une présidentielle le 11 octobre en Guinée, compte s’impliquer jusqu’au bout pour que se tiennent des élections apaisées dans le pays à cette date.

C’est pourquoi, ce jeudi, 23 septembre 2015, dans la salle de conférence de l’INRAP, ce réseau a procédé au lancement d’un projet de monitoring des discours politiques en cette période électorale.

A travers ce projet initié sous le slogan : « je ne vote pas pour une ethnie, mais pour un projet de société » ou « Oui aux discours sur les projets de société non aux discours clivants », La cojelpaid et ses partenaires auront désormais la lourde tâche à travers un comité de veuille, de veiller vigoureusement sur les propos et discours des acteurs politiques en cette phase cruciale de l’histoire de la guinée.

Ce comité de veuille, composé de  36 jeunes aura des déclinaisons dans toutes les communes urbaines du pays.

Dans sa communication, M Abdoul sacko a expliqué la logique dans laquelle s’inscrit ce projet. Selon le coordinateur de la COJELPAID, « depuis l’avènement du multipartisme, pour des élections pluralistes dans notre pays et dans l’Afrique de façon globale, Il faut noter qu’il est déplorable que ce qui anime l’espace politique soit fondé sur des discours peu orthodoxes ; des discours qui sont focalisés sur des questions d’identité, d’ethnie, mais aussi sur des guerres des mots, toute attitude qui a couté très cher à notre pays par le passé ».

Conscient de l’enjeu électoral. Le réseau et ses collaborateurs  notamment le PROJEG, entendent s’engager dans la  logique de la société civile qui est celle de « s’affirmer dans le cadre de la moralisation du débat politique mais aussi dans le cadre de la participation des citoyens au processus électoral afin d’aboutir à des élections crédibles transparentes et apaisées » dira-t-il en substance.

Le président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne, président d’honneur de l’événement va axer sa communication sur l’impact du processus des  élections.  A travers le concept ‘’intégrité du processus électoral’’.

Pour  Dr Dansa Kourouma : « le souci des organisations de la société civile, c’est  comment assurer le processus électoral surtout dans les pays à démocratie fragile ?  C’est d’ailleurs ce qui détermine son engagement, parce que la légitimité des gouvernements dépend de L’intégrité des élections,  la légitimité des institutions démocratiques dépend de  l’intégrité des élections, pour être reconnu par les citoyens  il faut que les dirigeants  soient désignés selon un processus démocratique inclusif, basé sur la loi et basé sur les standards moraux  en matière de gouvernance, les plus élevées » renchérit Dr kourouma

Cette activité citoyenne permettra aux acteurs de la vie politique de vulgariser leur projet de société mais aussi de permettre aux citoyens de comprendre ce qu’il a en termes de réponses à leurs préoccupations.

 Cette activité a été rehaussée de la présence des partenaires de la COJELPAID dont le PROJEG la  PECUD, la COSATREG, le CJCR  le LFD.

Alassane Fofana

Commentaires

commentaires

2 Commentaires

2 Comments

  1. Momo

    25 septembre 2015 at 0 h 19 min

    Pourquoi maintenant? Depuis 5 ans les Guinéens n’ont aucun projet de société. Nous passons tout notre temps à sinsulter. L’exemple est donné par le Chef de l’Etat, et les autres leaders comme les populations se donnent à coeur joie. D’ailleurs, pourquoi ne pas laisser ce travail à la HAC? Elle joue bien son role en ce moment.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top