Actualités

Situation du Syli cadet à El Jadida : A qui la faute ?

super_v_domani_antonioFin de stage difficile pour les U-17 de la Guinée au royaume Chérifien à El Jadida. La bande à Hamidou Camara y est en stage bloqué depuis le 04 juin dernier, aux frais d’un seul homme, M. Antonio Souaré, PDG de Guinée Games.

Selon nos sources, depuis qu’ils y sont, et cela dure près de quatre mois, les joueurs du Syli cadet, qui se préparent à affronter des adversaires comme le Brésil, l’Angleterre, et la Corée du Sud, au mondial de leur catégorie au Chili (du 17 octobre au 08 novembre), n’ont pas perçu un radis au compte de leurs indemnités de stage, qui s’élèvent à 2000 euros par personne.

Pire, depuis près d’un mois, ces jeunes garçons seraient abandonnés à eux-mêmes, pas l’ombre d’un représentant de l’Etat.

Leurs conditions de séjour à leur lieu de stage, se seraient nettement aussi dégradées, depuis la fin des trois mois que le sponsor, le mécène M. Antonio Souaré, a décidés de prendre en charge.

Un membre de la délégation présente sur place, décrivant la vie de galérien de ces enfants, pour la plupart des écoliers, qui ne fréquentent plus depuis deux ans au moins, nous a rapporté qu’en plus de n’avoir aucun sou comme argent de poche, les joueurs du Syli cadet, s’entraineraient avec le même jeu de corps et les mêmes paires de crampons, depuis leur arrivée, au point que tous ces équipements, sont aujourd’hui usés et usagés. Même le cordonnier le plus futé du coin, aurait dit qu’ils sont irrécupérables !

Interrogé sur la question, le DAF du ministère des sports, M. Amara Dabo, a réfuté toutes les accusations portées à l’encontre du département dans cette dégradation des conditions de séjour du Syli cadet.

Sur la question des indemnités de stage, il a indiqué qu’à aucun moment, il n’a été dit qu’elles seraient payées au Maroc, mais plutôt au Brésil, dans le premier plan de préparation des cadets guinéens, avant le tirage au sort.

Puisque le hasard a fait que le Brésil est l’un des adversaires de la Guinée, le plan de préparation des U-17 guinéens, a changé en ce moment.

Au lieu d’aller sur le Brésil directement du Maroc, ils rentreront à Conakry, pour recevoir le drapeau national, avant de s’envoler pour le Chili.

  1. Dabo annonce que finalement soit ces primes sont payées à Conakry avant que les joueurs bougent pour le Mondial, soit elles sont payées au Chili.

Sur la question de la prise en charge de ces joueurs au Maroc, au terme des trois mois sponsorisés par M. Antonio Souaré, M. Dabo a dit que c’est à la fédé qu’il faut poser des questions, elle qui a élaboré le plan de stage de l’équipe.

Finalement, entre la Feguifoot et le département des sports, la question de savoir à qui la faute et celle de savoir qui des deux institutions, a l’obligation d’intervenir dans pareilles circonstances, restent sans réponses.

Une équipe nationale, qu’elle que ce soit sa catégorie, est pourtant un attribut de souveraineté d’un pays, d’une nation!

Aboubakri

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top