Actualités

Fin de campagne émaillée de violences en Guinée, incertitude sur le 11 octobre

affrontement_casseAlors que sur près d’un mois de campagne, les observateurs et les guinéens eux-mêmes, avaient fait le constat d’un peuple qui gagnait en maturité politique, au visa d’une campagne sans heurts majeurs, excepté le cas de Koundara, la fin de cette campagne, du moins les trois derniers jours de celle-ci, semblent provoquer une brusque montée du mercure politique dans le pays.

Ici et là, des accrochages ou des affrontements ont opposé partisans du pouvoir et ceux de l’opposition. A maints endroits, la tension est palpable.

Dans le lot, ce qui concentre l’attention, ce sont les événements d’hier soir, qui se sont prolongés jusque tard la nuit à Conakry, en marge du retour du principal opposant d’Alpha Condé, dans la capitale.

A hauteur du marché des pièces d’occasion, communément appelé la ‘’ Casse’’, fief de la majorité au pouvoir, des affrontements violents, ont opposé les militants d’El Hadj Cellou Dalein Diallo à des partisans d’Alpha Condé.

Bilan, un mort et une vingtaine de blessés, à en croire, Dr Mahmoud Cissé, ministre de l’intérieur et de la sécurité, apparu à la télévision nationale dans la soirée.

Sur le plan du bilan matériel, il faut noter plusieurs boutiques et magasins saccagés et incendiés aussi bien à la Casse qu’au centre commercial Koumi, a-t-on appris hier, de plusieurs témoignages recoupés.

A Banankoro également (Préfecture de Kérouané), de violents affrontements ont opposé les partisans des deux camps, causant plusieurs dégâts matériels.

 

Incertitude sur la tenue du scrutin le 11 octobre…

A 48H de l’ouverture des bureaux de vote, l’incertitude plane toujours sur la tenue du scrutin ce dimanche.

En dépit des assurances données par la CENI il y a deux jours, les adversaires du sortant Alpha Condé, n’ont pas abdiqué de leur demande de report du scrutin.

Au terme d’un retour triomphal hier à Conakry, El Hadj Cellou Dalein Diallo, candidat de l’UFDG, devant des journalistes à son domicile, a insisté à nouveau pour exiger que l’élection soit reportée.

Il a menacé ne pas se soumettre aux résultats qui seront proclamés par ‘’ une CENI incompétente et partisane’’, si jamais l’élection devait se tenir dans ces conditions.

En attendant, toutes les attentions sont portées sur ce que sera cette journée du vendredi dans la capitale Conakry.

Faut-il craindre des actions de représailles de part et d’autre ?

Rien n’est moins sûr !

Aboubakri

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top