Actualités

Présidentielle guinéenne : Voici la déclaration préliminaire du Regard Citoyen (Déclaration)

1dansa cnoscDans le cadre de l’observation de l’élection présidentielle, le REGARD CITOYEN appuyé par ses partenaires techniques et financiers, a initié et mis en œuvre le Village Electoral.

Le Regard Citoyen est une plateforme composée de missions d’observation de la société civile nationale que sont :

– Association des blogueurs de Guinée (ABLOGUI),

– Alliance Guinée,

– Case de Veille de Coalition des Femmes Filles de Guinée (COFFIG),

– Centre Africain de Formation pour le Développement (CENAFOD);

– Consortium pour l’Observation Domestique des Elections (CODE);

– Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile (CONASOC);

– Conseil National des Organisations de la Société Civile de Guinée (CNOSCG);

– Leadership Jeunes pour la Paix et le Développement en Afrique (LEJEPAD);

– Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme (OGDH);

– Réseau des Organisations de la société civile pour l’Observation et le Suivi des Elections (ROOSE);

– Réseau Guinéen d’Observateurs d’Elections (REGOEL);

– West African Network for Peacebulding (WANEP).

A la veille du scrutin du 11 octobre 2015, le REGARD CITOYEN avait, dans sa déclaration d’arrivée, exprimé sa préoccupation par rapport aux difficultés d’obtention des cartes d’électeurs et sa profonde indignation face aux violences perpétrées dans les régions et à Conakry et qui se sont exacerbées à la fin de la campagne électorale. Il a également déploré la perte progressive du consensus politique à l’approche de la date du 11 octobre.

A l’occasion de ce scrutin du 11 octobre 2015, le REGARD CITOYEN a assuré une observation citoyenne sur toute l’étendue du territoire national pilotée à partir de sa « situation room » composée des chambres technique, d’analyse et de décision et basée à l’hôtel Riviera Royal de Conakry.

Le REGARD CITOYEN a déployé 6000 Observatrices et Observateurs nationaux, 300 superviseurs et 60 observateurs spéciaux de centralisation sur l’ensemble du territoire national, en stratégie fixe et mobile. Le travail du « Regard Citoyen » couvre l’observation électorale, le monitoring des médias, le monitoring de la violence électorale et des droits de l’Homme.

Les données recueillies par la chambre technique, à partir des informations émanant des observatrices, observateurs et superviseurs, analysées par la chambre d’analyse, ont permis à la chambre de décision de se faire une opinion sur le déroulement du scrutin. Ces informations ont été remontées à la CENI pour action.

II- CONSTATS PRELIMINAIRES

2-1- Les faits marquants :

D’une manière générale, 80,1% des bureaux de vote couverts par les Observatrices et les Observateurs nationaux ont ouvert entre 7h et 7h 30; 10,8% en 7h30 et 8h30 et le reste au delà de 8h30.

Les électeurs se sont mobilisés pour accomplir leur devoir civique.

Le taux de participation est estimé à 69% dans les bureaux observés.

Dans l’ensemble des bureaux de vote observés, 95% étaient accessibles.

Dans l’ensemble, 97 % des membres des bureaux de vote étaient présents. Il a été constaté la présence des femmes dans 65% des bureaux de vote observés.

Dans 98% des bureaux de vote observés, la présence des délégués des partis politiques était effective. Cependant les villes de N’Zérékoré, 6% des délégués des partis politiques étaient absents, suivi de Conakry et Kankan 3% de délégués absents pour chacune.

L’essentiel des documents et matériels électoraux étaient en place dans 98,2% des bureaux de vote observés.

  • la présence d’isoloir dans tous les bureaux de vote observés;
  • les urnes étaient disponibles à 99,5% ;
  • les listes d’émargement et les bulletins de vote étaient effectifs dans les bureaux de vote observés à 98,8%
  • le manque d’enveloppes dans 8,9% et 12,8% de bureaux de vote observés respectivement dans les villes de Conakry et de Kindia.

       Présence de matériels électoraux

        Ensemble      Urne transparente      Isoloir     Liste

d’émargement     Scellés    Bulletin de vote   Enveloppe     Encreur        Encre indélébile

Boké       100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%        100.0%  100.0%

Conakry 94.8%    99.0%    100.0%  96.0%    91.1%    96.0%    91.1%        94.1%    91.1%

Faranah 99.0%    100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%        96.2%    96.2%

Kankan  99.6%    100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%        100.0%  96.7%

Kindia     98.4%    100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  87.2%        100.0%  100.0%

Labé       97.6%    98.1%    100.0%  98.1%    94.2%    98.1%    100.0%        94.2%    98.1%

Mamou 99.7%    100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%        100.0%  98.0%

Nzerekoré     100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%  100.0%        100.0%  100.0%  100.0%

Total       98.1%    99.5%    100.0%  98.8%    97.1%    98.8%    96.4%        97.6%    96.6%

Globalement les matériels garantissant la crédibilité du vote étaient disponibles à l’ouverture des bureaux de vote et visibles par les électeurs. Dans 99% des cas le secret du vote était garanti par la visibilité de ces matériels à savoir les isoloirs, les urnes et les scellés.

Par ailleurs, il faut noter que les quelques absences remarquées ont causé par endroit des difficultés relatives au bon fonctionnement des opérations de vote.

En moyenne 63,6% des bureaux de vote ont fermé à 18H sur l’ensemble du territoire national. Cependant, ce pourcentage est de 13,3% dans la région de Faranah et de 46,3% dans la région de Boké.

Des réclamations ont été faites par les délégués des candidats et des membres des bureaux de vote dans 8,7% des bureaux observés.

Des procès-verbaux (PV) de résultats ont été rédigés dans 96,6% des bureaux de vote.

Seulement 2% des PV rédigés n’ont pas été signés par tous les membres des bureaux de vote observés; ce taux est plus élevé dans la région de Kindia.

Le taux d’électeurs handicapés ayant reçu l’assistance durant le processus est de 97,3 %.

Des incidents ont été relevés dans 9% des bureaux de vote. Ces incidents concernent entre autres :

  • la difficulté d’identification des noms des électeurs sur la liste électorale;
  • l’insuffisance de certains matériels de vote (enveloppes, isoloirs, cachets « A voter »);
  • les disputes entre les membres des bureaux de vote et les électeurs;
  • le refus de certains électeurs d’utiliser l’encre indélébile sur l’index gauche;
  • l’absence de fiches de procès verbal.

Ces dysfonctionnements ont été remontés par le REGARD CITOYEN à la CENI pour action.

En outre, les affiches de campagnes étaient encore visibles aux alentours de certains bureaux de vote observés.

2-2– Motifs de satisfaction :

Plusieurs motifs de satisfaction sont relevés à toutes les phases du processus notamment :

  1. l’accord politique du 20 août 2015 signé par la classe politique et la société civile pour la stabilité politique et la crédibilité du processus électoral;
  2. la forte mobilisation de l’opinion publique, de la société civile, des partis politiques et de la communauté internationale en faveur de la crédibilité et de l’apaisement du processus électoral;
  3. la participation active de la société civile à la promotion de la culture démocratique, au droit de vote et la non-violence;
  4. le professionnalisme des journalistes de la presse publique et privée dans le traitement et la gestion de l’information électorale grâce à la « Synergie des médias Guinée 2015 »;
  5. le déroulement pacifique de la campagne électorale hormis les violences localisées à Conakry, à N’zérékoré et à Koundara ;
  6. le financement public de la campagne électorale;
  7. la disponibilité quasi totale du matériel électoral;
  8. la présence quasi effective des membres des bureaux de vote;
  9. la forte représentation des délégués des partis politiques dans les bureaux de vote;
  10. la sécurisation des bureaux de vote par les agents de d’USEP faisant preuve en général d’un certain professionnalisme;
  11. le déploiement massif et assez représentatif des observateurs nationaux et internationaux dans les bureaux de vote mettant en confiance les électeurs;
  12. les multiples décisions de la CENI le jour du scrutin en réaction à certains dysfonctionnements et irrégularités constatés.

2-3- Dysfonctionnements et insuffisances constatés

L’organisation et l’administration du processus électoral du 11 octobre 2015 enregistrent des irrégularités, dysfonctionnements et insuffisances notamment :

  1. l’incohérence, l’ambigüité et les insuffisances de certaines dispositions de la loi électorale;
  2. l’utilisation des moyens de l’administration publique et le manque de neutralité de certains fonctionnaires et hauts cadres d’entreprises privées dans les activités de campagne;
  3. le manque de transparence sur l’origine du financement de la campagne en dehors des subventions accordées par l’Etat ;
  4. la fragilité institutionnelle d’une CENI trop politique;
  5. la rupture du consensus politique dans la gestion du processus électoral en cours.

2-4- Recommandations

Eu égard à ce qui précède, le Regard Citoyen recommande :

A l’Etat

– Faire des réformes profondes de la CENI la dotant de moyens juridiques, humains, matériels et financiers adéquats pour leur mission;

– D’offrir les conditions idoines pour la stabilité politique et la cohésion sociale.

A l’Administration

–       De renforcer la sécurité des personnes et de leurs biens sur toute l’étendue du territoire national sans aucune discrimination;

–       De veiller à la neutralité de l’administration vis-à-vis du processus électoral;

A la CENI:

–       De s’assurer de la gestion du processus de centralisation des votes et de proclamation des résultats provisoires dans le respect des procédures en vigueur;

–       D’exercer effectivement les pouvoirs que la loi lui confère en matière de lutte contre les pratiques de fraude et de corruption électorales;

–       D’exercer aussi les pouvoirs de sanction que lui confère la loi face aux éventuels manquements.

Aux candidats:

–       De sensibiliser leurs militants à adopter des comportements citoyens et responsables pour un processus électoral apaisé, transparent et crédible;

–       De respecter les lois et le « Code de bonne conduite des partis politiques » en vigueur pour la non violence, la paix, le recours aux procédures légales prévues pour les contentieux éventuels.

Aux leaders d’opinion:

–       De lancer un ultime appel au calme, à la responsabilité et au respect du verdict des urnes.

Aux citoyen(ne)s:

–       De maintenir le calme et la sérénité dont ils ont fait preuve tout au long du processus électoral et d’observer la veille citoyenne jusqu’à la fin du processus.

CONCLUSIONS

De tout ce qui précède, le Regard Citoyen retient en général que:

1° malgré le climat politique et social tendu, les électeurs se sont mobilisés massivement pour accomplir leur devoir de vote dans le calme et la sérénité; ceci dénote de la maturité du peuple Guinéen à contribuer à la construction d’un Etat démocratique.

2° les bureaux de vote observés ont ouvert à l’heure et disposaient du matériel et du personnel requis. Toutefois, un bon nombre de bureaux de vote ont ouvert avec beaucoup de retard nécessitant la prorogation de l’heure de fermeture à 20 h et au delà.

3° les électeurs habilités ont accompli l’acte de vote en toute liberté et indépendance

4° les délégués de la CENI, les délégués des candidats, les forces de sécurité (USEP), les observateurs nationaux et internationaux et les médias ont participé à l’opération de vote et continuent de veiller à son succès

5° le décompte des voix et la centralisation des résultats se poursuivent nonobstant le retrait de certains délégués des candidats.

A cette étape cruciale du processus électoral, le Regard Citoyen demande à la CENI et aux autres parties prenantes de veiller au respect de la loi et que les résultats à proclamer reflètent la volonté des électeurs et les voies de recours légales soient utilisées le cas échéant.

Le Regard Citoyen exhorte les jeunes, les femmes et toutes les populations guinéennes à s’abstenir de toutes formes de violences avant, pendant et après la proclamation des résultats du scrutin.

Le Regard Citoyen réitère ses félicitations au peuple de Guinée pour son sens de responsabilité et de retenue.

Il présente ses sincères gratitudes aux médias, aux organisations partenaires, aux missions d’observation de la CEDEAO, de l’UA, de l’UE, de l’OIF, de l’UFM et aux autres représentations diplomatiques et consulaires pour leur accompagnement.

Une note spéciale de reconnaissance est adressée à nos confrères du Togo, du Mali, du Sénégal et du Ghana pour leur solidarité et soutien.

Le Regard Citoyen remercie USAID, UE, PNUD, OSIWA, NDI, Ambassade d’Allemagne, ECES, Search for Common Ground pour leurs appuis techniques et financiers.

Le porte-parole du RÉGARD CITOYEN

 

Dr Dansa KOUROUMA

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top