Actualités

L’UNICEF appelle à mettre fin aux mariages précoces

Rosalie sauvéeConakry, 23 octobre 2015 – Rosalie, âgée de 12 ans et élève en 6ème année, a échappé de justesse à un mariage arrangé par son père depuis son enfance. Depuis qu’elle est petite, elle se souvient de la présence permanente de celui qu’elle appelait affectueusement « oncle ». Quelle ne fut donc sa surprise lorsque son père lui a annoncé la célébration prochaine de son mariage avec ce dernier.

L’Association Guinéenne des Assistantes Sociales (AGUIAS) a été informée de ce cas de mariage précoce à travers le numéro vert 116. Ce numéro est un outil d’alerte précoce mis en place pour dénoncer avec confidentialité et dans l’anonymat les cas de violences à l’encontre des enfants. Il est géré par AGUIAS, dont l’objectif est de lutter contre les violences faites aux femmes et aux enfants, avec l’appui de l’UNICEF.

Une fois alertée, la présidente d’AGUIAS, Mme Aissatou Barry, s’est entretenue avec le père de l’adolescente et avec l’homme auquel elle avait été promise, un homme âgé de 60 ans et ami de longue date du père de Rosalie. Les démarches de l’Association ont porté fruit, entraînant l’annulation du mariage et le désistement du futur époux.

En Guinée, 21,3% des femmes mariées ou en union actuellement âgées de 20 à 24 ans l’ont été avant l’âge de 15 ans, et 51,7% avant l’âge de 18 ans (EDS 2012). Bien que l’âge légal du mariage soit fixé à 18 ans pour les deux sexes, la problématique du mariage précoce reste préoccupante et conduit à de graves conséquences. Chez les filles, le mariage précoce entraîne des grossesses prématurées qui sont la cause de forts taux de mortalité maternelle. Il entraîne de profondes blessures physiques, intellectuelles, psychologiques et émotives ; une fois mariées, ces filles se voient privées d’éducation et sont victimes de maltraitances. L’UNICEF appelle à mettre fin à ces pratiques qui constituent une violation grave des droits fondamentaux des enfants.

Pour Rosalie et pour plusieurs autres enfants en Guinée, le numéro vert 116 a été salutaire. Elle vit actuellement avec sa famille élargie et se prépare à retrouver le chemin de l’école dans les semaines à venir.

Service communication Unicef

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Les Plus Lus

To Top