Actualités

Plume à Aboubacar Diallo du 27 octobre 2015

plumeOui on dit que la politique est l’art de mentir, mentir aux autres. C’est peut-être vrai. Mais elle est aussi et souvent l’art de mentir à soi. Oui, parlant de l’opposition guinéenne, ce fut le cas. A beau mentir à elle-même, elle s’est fait prendre une gamelle dont elle aura du mal à se relever. Sonnée qu’elle est !  Elle a la gueule cassée, elle a la gueule béante, la gueule de bois ! Rarement, une opposition en Afrique n’a subi pareille tuile. Rarement, une opposition n’est sortie d’une joute électorale, aussi laminée, aussi déglinguée, aussi hachée. Mais à beau flairer le vent du mal et continuer à le côtoyer, il finit par décorner. Oui, l’opposition guinéenne, si l’expression sied encore, s’est fait prendre toute seule les pieds dans la gadoue de ses divisions internes, qui étaient connues de tous, comme son plus grand défaut de la Cuirasse, comme la plus grosse plaie, qu’elle se devait de guérir, mais qu’elle a laissée s’empuantir et s’empester. Mais pouvait-elle en faire autrement ? Non ! A cause de l’abîme trop abyssal entre ses deux matadors, il n’y avait guère à espérer qu’elle s’en remettrait un jour. A contrario ! Plutôt, on sentait chaque jour la cruche aller à l’eau au point qu’elle a fini par se briser. Oui que je plaints le sort de cette opposition, qui, outre ce gros handicap qui a obéré en grande partie ses chances et réduit en peau de chagrin ses marges de manœuvre, s’est fait prendre une gamelle dont elle aura un mal de chien à se relever, dont elle ne se relèvera point, peut-être,  plus à cause aussi de ses niaiseries, à cause de ses candeurs, et plus loin, à cause de son aveuglement, de son inconséquence, constituée qu’elle est d’un groupe d’enfants de cœur. Et puisqu’il en est ainsi, contrairement à l’image factice d’une opposition des plus intelligentes, des plus frondeuses, il est à dire que l’autre avait beau jeu de les qualifier tous de nains politiques, d’apprentis-sorciers…et avait prédit qu’il les ensevelirait tous et qu’on entendrait plus parler d’eux, parce que lui, le grand renard, le redoutable broyeur de carrières politiques, bâties de bric et de broc, l’impitoyable briseur des âmes sensibles,  des âmes innocentes, s’y était engagé pour les liquider tous, pour les faire couler tous. Oui que cette élection, cette présidentielle, a sonné le glas de leurs fragiles carrières, oui cette présidentielle, c’est le chant du cygne pour eux, pour la plupart ! Oui la politique est dure, mais c’est cela la politique ! Dur bizutage que celui qui a été le leur ! Sinon comment se coltiner le fait qu’elle se soit conduit toute seule, à l’abattoir, alors qu’elle pouvait refuser d’y aller, oui, parce que contrairement à ces êtres qui y sont menés de force, sans qu’ils sachent ce qui les y attend, eux, ils sont conscients, eux ils semblaient conscients du danger qui les y attendait, du piège, du traquenard dans lequel ils tombaient, mais ils y se sont engagés, après une longue valse-hésitation. Dès l’instant qu’ils y sont allés d’eux-mêmes, sans pression aucune, ils doivent assumer et arrêter de pousser des cris d’écorché-vifs. Ailleurs, on ne s’y est pas engagé, parce qu’on savait les dés pipés par avance. L’exemple de la Côte d’ivoire voisine, tombe sous les sens. Que les empêchait de faire autant ? Rien, absolument rien. D’autant qu’ils n’y ont pas été conduits de force et avaient toute la latitude de refuser d’y aller. Quelle maladresse incroyable, quel pas de Clerc, quelle gaucherie, de leur part ?  Oui, ils n’avaient pas à gâcher de cette façon le sacrifice de tout un pan des populations guinéennes, qui croyaient en eux, en y allant, cautionner plus les impérities de la CENI qu’autres manœuvres. Se sont-ils un seul instant rappelé tout le tribut qu’ils ont fait payer à leurs militants qu’ils n’ont eu de cesse, le long d’une mandature, d’appeler à des journées villes mortes, à des manifestations de rue, aux conséquences dramatiques ? Finalement donc, toute cette lutte, tout ce branle-le bas de combat, c’était pour ça, c’était pour des nèfles ? C’était pour aller fournir des verges pour se faire châtier ? La CENI elle, ne s’est pas fait prier, outre mesure, pour leur infliger la correctionnelle qu’ils méritaient…

Commentaires

commentaires

3 Commentaires

3 Comments

  1. DJIBA

    27 octobre 2015 at 17 h 30 min

    C’est Claire franchement,car nous avons enregistré que des rebondements sur des rues,tout au long du 1er quinquennat du Mr le politique en question,enfin,ils ont terminé par le commencement(Patience).

    D.DJIBA

  2. DJIBA

    27 octobre 2015 at 18 h 17 min

    C’est Claire franchement,car nous avons enregistré que des rebondissements sur des rues,tout au long du 1er quinquennat du Mr le politique en question,enfin,ils ont terminé par le commencement(Patience).

    D.DJIBA

  3. Diallo Harouna

    28 octobre 2015 at 22 h 11 min

    Priere d ns podcaster ce chronique afin d pouvwr le reecouter, et d pouvoir le telecharger sur format mp3

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top