Actualités

Marchés ministère de la sécurité : L’ARMP conforte la position de l’entreprise Kalilou Baro (Enquête)

Lilou BaroC’est une affaire qui commence à devenir un caillou dans les souliers de Mamady Thalès Condé, l’administrateur général des grands projets.

Il s’agit de la contestation par l’entreprise Kalilou Baro de son éviction de la procédure d’attribution en cours d’un marché de diverses fournitures en faveur du ministère de l’intérieur.

Chaque jour qui passe en ajoute sa pièce au puzzle. Une indication claire, avant de poursuivre : M. Kalilou Baro, PDG des Ets Kalilou Baro, qui crie à une injustice à ciel ouvert, jure sur le palpitant d’aller jusqu’au bout de cette affaire.

Qui est prise très au sérieux à L’ARMP, l’autorité de régulation des marchés publics, qui fait office de police des marchés publics en Guinée.

L’équipe de Guillaume Curtis, malgré le fait d’avoir adressé à la Direction nationale des marchés publics, une mesure conservatoire suspensive de la procédure d’attribution de ce marché,suite au recours des Ets Kalilou Baro, veille au grain ettente de démêler l’écheveau.

Sur la question de l’argumentaire de la confusion dans les horaires de deux communiqués pris par la DNMP, annonçant la séance d’ouverture des plis, invoqué par l’entreprise Kalilou Baro, la position de l’ARMP est sans ambages.

Dans un courrier adressé à la directrice de la DNMP, et dont copie a été transmise à mosaiqueguinee.com, M. Curtis a écrit ce que voici : « Je demande à ce que la commission d’ouverture et d’évaluation examine les plis ouverts, même ceux supposés arrivés en retard du fait des deux courriers contradictoires, car après analyse, il s’avère que c’est le courrier qui mentionne 15 heures qui est valide. ».

Voici qui conforte la position de l’entreprise Kalilou Baro et qui jette du doute sur la transparence de la procédure d’attribution provisoire dudit marché.

Il faut rappeler d’un mot que les lots convoités par cette entreprise, ont été provisoirement attribués d’une part à une entreprise du nom de Gica, qui appartiendrait au fils de M. Kaba Baro Condé, frère de M. Thalès Condé, et d’autre part à une entreprise appartenant au fils du directeur du budget.

Aux dernières nouvelles, le ministre de l’intérieur, aurait refusé d’apposer sa signature sur le document d’attribution provisoire des lots.

Le président Alpha Condé saisi du dossier, aurait demandé à l’ARMP de rendre justice.

Affaire à suivre !

Aboubakri

 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top