Actualités

Commerce à la sauvette à Conakry : Une équation entière (Constat de notre reporter)

marchands_ambulantsIls sont très visibles dans la circulation à Conakry, entre deux voitures ou aux abords de la route. La pratique de ce genre de commerce, fait désormais partie du quotidien des habitants de la capitale guinéenne. Et son interdiction, n’est pas pour demain.

En l’espace d’une semaine, mosaiqueguinee.com, a été témoin de plusieurs cas d’accidents de circulation rien que sur le tronçon Yimbaya-Aeroport.

Curieusement, les victimes de ces accidents sont toutes des commerçants de la rue dont un enfant de 16 ans, fauché par un motard. Malgré cet état de fait, chaque jour ils sont des dizaines à braver la chaleur et le soleil pour déambuler entre les véhicules au niveau des grandes artères de Conakry proposant divers articles aux usagers de la route.

Ce trafic est beaucoup plus observé pendant les heures de pointe le matin et en fin d’après-midi. De nos jours, ce phénomène a pris des proportions inquiétantes en Guinée et notamment dans la capitale ou les risques liés à cette pratique appelée aussi commerce de la rue sont énormes et où le taux de chômage est le plus élevé.

Aujourd’hui, force est de reconnaitre que ce commerce a des assises bien implantées dans notre pays où le chômage bat son plein. Bien qu’illégal et dangereux dans sa pratique et ce, sans compter du fait qu’il échappe au fisc, ce travail permet à de nombreux jeunes de tout genre de joindre les deux bouts et pour certains à couvrir les besoins de leurs familles.

Et on peut même dire que ces marchands ambulants n’ont pas à se faire de la bile car, les autorités et certains politiques estiment sensible de toucher à ce problème pendant que l’Etat et les entreprises privées peinent à extirper la majorité de la jeunesse du chômage.

Sous anonymat, un officier de police en service au marché de madina qualifie de « suicidaire » toute démarche visant à déguerpir les marchands ambulants ou à interdire cette activité. Avant de conclure, l’officier a tout de même fait part de son désarroi de voir des enfants mineurs se retrouver dans cette négoce.

Il répugne cette corvée dans les rues de Conakry mais n’hésite pas à avouer l’impuissance des autorités à changer la donne.   Ce risque, les parents ne l’ignorent pas mais sont parfois obligés de faire avec pour nourrir leurs familles.

Certes, On peut tout dire des commerçants de la rue : ils sont encombrants, ils occupent les espaces publics et les trottoirs mais il est important de savoir que ce business bien qu’informel, contribue d’une façon ou d’une autre à l’édification de l’économie car, nombreux sont les guinéens qui sont attirés par le prix des produits moins chers plutôt que de se rendre dans les magasins et boutiques.

En attendant que des mesures contraignantes pour les faire plier, soient prises, les vendeurs ambulants de Conakry continuent à exercer leur boulot et ils continuent également à faire face aux différents accidents de circulation.

Bangaly K

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top