Actualités

Mamadi Kaba président de l’INIDH « à partir du moment où l’institution est mise en place, il est évident que l’Etat se débarrasse du Ministère des droits de l’homme »

MamadyKabaRADHOC’est une annonce de guerre faite par le président de l’INIDH (Institution Nationale Indépendante des Droits de l’Homme) à l’endroit du ministère des droits de l’homme. Ayant des objectifs communs, Mamadi Kaba fort des bases juridiques qui fondent son institution, demande de vive voix, la disparition du département des droits de l’homme.

« Vu même la faiblesse des moyens de l’Etat, je pense qu’il est plus judicieux de ne financer que l’institution. Le président a décidé de créé dans son gouvernement le ministère des droits de l’homme et la INIDH n’était pas encore en place. A partir du moment que l’institution est mise en place, il est évident que l’Etat guinéen doit se débarrasser du ministère ce n’est même pas moi qui le dit. Regardez, les conditions d’existence de ses institutions, les pouvoirs qu’elles ont, la base légale qu’elles ont, vous comprendrez que l’Etat gagnerait mieux à concentrer tous ses efforts sur l’institution nationale des droits de l’homme. Il y a d’autres pays qui ont l’institution nationale des droits de l’homme et le ministère des droits de l’homme. Mais quand vous lisez les missions et les prérogatives de ses institutions, il y a tellement d’insuffisances qu’elles ne pourront pas correctement remplir leur mission sans l’appui d’un ministère. Mais Ce n’est pas le cas pour la Guinée, qui a une INIDH qui n’a pas d’obstacle et qui n’a pas besoin de l’appui d’un ministère pour remplir sa mission. »

L’activiste des droits de l’homme et Président de l’INIDH, relève la différence qu’il y a entre son institution et le ministère des droits de l’homme

« La différence entre nous et les droits de l’homme, c’est que, nous, nous sommes créés par la constitution ; il y a une loi organique qui fixe clairement nos missions et nos attributions : c’est la loi L08. Aussi, nous avons tous les pouvoirs qu’une institution républicaine peut avoir, doit avoir. En plus, la constitution dans son article 147 et 148, oblige l’ensemble des autorités, qu’elles soient militaires ou civiles, à travailler à faciliter le travail des INIDH, de concourir également à la réussite de sa mission »

La structure du nouveau gouvernement, focalise aujourd’hui et à juste raison, l’attention de l’INIDH, qui pourrait se radicaliser, au regard de ses réaction ci-dessus, se radicalise au cas où le ministère « rival » des droits de l’homme serait reconduit.

ML Cissé

Commentaires

commentaires

1 Commentaire

1 Comment

  1. Mohamed Camara

    5 décembre 2015 at 1 h 49 min

    C’est bien vrai ce que vous dites Mr Kaba.
    Mais une institution ne vaut que ce que vaut son chef. A cause de brillante absence sur le terrain depuis votre installation, vous avez donné l’occasion à Gassama de vous noyer.
    Votre INDH a croisée les bras dans l’espoir que le Ministère des droits de l’homme disparaitra bientôt. Cette institution a raté des très belles occasions qui pouvaient lui permettre d’occuper largement le champ, comme c’est le cas des incessantes crises sociopolitiques et sanitaires qui ont frappé notre pays, sans oublier les élections passées. Certes vous et Gassama, êtes égaux en manque de moyens financiers, mais vous avez des bases juridiques plus solides que le fameux Ministère des droits de l’homme. Mais il vous a manqué des stratégies de lever de fonds auprès des partenaires. Alors que vous êtes un jeune qui honoré toute la jeunesse de ce pays en ayant le dynamisme et le professionnalisme dans tes actions. Lève-toi mon frère la jeunesse compte sur tes capacités opérationnelles.
    Bon Vent

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top