Actualités

Futur gouvernement/Ministère de la santé : Dr Sakoba Keita, également pressenti, tout comme Abass Keita du CNLS

abass_sackobaEn vue de la formation de son prochain gouvernement, au lendemain de sa réélection à la tête de son pays, le président Alpha Condé, qui prête serment dans moins d’une semaine, aura l’embarras du choix quant au poste de ministre de la santé.
Dans un précédent article, nous citions Dr Moussa Konaté, DG de la Pharmacie centrale de Guinée, comme l’un de ceux sur qui le chef de l’Etat pourrait jeter son dévolu pour relever les innombrables défis qui assaillent le secteur de la santé.
En plus de lui, le président Condé, aura plusieurs cartes en mains.
Parmi les cadres qu’il pourrait choisir, on cite entre autres, Dr Sakoba Keita, monsieur Ebola de la Guinée et M. Abass Diakité, Directeur du CNLS (Comité National de Lutte contre le Sida).
Pour le premier, Dr Sakoba Keita en l’occurrence, ce serait un accomplissement pour cet homme qui aura fait don de soi pour épargner à la Guinée une catastrophe sanitaire.
Lui et son équipe, appuyés par des partenaires engagés sur le front de lutte contre cette épidémie, ont certes, enregistré de nombreux couacs, dans la conduite de la croisade anti-Ebola, mais ont su, à chaque fois, avec abnégation, rectifier le tir, pour parvenir au résultat qu’on connait de nos jours.
Dans 20 jours exactement, sauf accident de parcours que mêmes les âmes les plus impies, ne sauraient souhaiter, l’OMS déclarera la fin officielle d’Ebola en Guinée.
Mais deux données importantes peuvent obérer ses chances : D’une part, Dr Sakoba Keita est connu pour être quelqu’un qui a une vision très limitée à la gestion des épidémies et généralement à court de stratégies. Ce qui ne peut pas faire un bon ministre.
D’autre part, on apprend qu’il a été recommandé au président par son ami, le représentant de l’OMS en Guinée. Ce qui pourrait être perçu comme une forme d’ingérence à laquelle Alpha Condé pourrait ne pas s’accommoder.
Pour le second, M. Abass Diakité, à la tête du comité national de lutte contre le Sida depuis plusieurs années, les indicateurs dans la maîtrise du taux de séroprévalence, sont des acquis qui peuvent militer en sa faveur.
Derrière ces trois têtes d’affiche, il y a toute une smalla de cadres qui ont aussi obtenu des résultats là où ils servent, qui peuvent faire un bon ministre de la santé.
Parmi eux, on cite les directeurs des deux hôpitaux nationaux, Dr Fatou Sikhé Camara, ancienne ministre et Dr Mohamed Awada.

Verdict dans quelques jours…

Demba Sidicki

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top