Actualités

Afrique du Sud: la colère des Sud-Africains contre le président Zuma

image

En Afrique du Sud, des manifestations ont lieu mercredi 16 décembre dans les principales villes du pays pour demander la démission du président Jacob Zuma. A Johannesburg, des milliers de personnes sont descendues dans la rue et l’ambiance était bon enfant mais les Sud-Africains sont vraiment en colère contre leur président, qui a multiplié les remaniements ministériels ces derniers jours. 
La nation arc-en-ciel était dans la rue ce mercredi 16 décembre. « Même les Blancs sont là », plaisantait un manifestant. Noirs, Blancs, Indiens… tous les âges, tous les milieux sociaux et tout le monde est en colère. En colère contre le président Jacob Zuma, accusé de mettre ses intérêts personnels avant ceux du pays et d’appauvrir les Sud-Africains. « Zuma doit tomber », pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants.
Environ 2000 personnes se sont rassemblées sur le pont Nelson-Mandela pour demander la démission du chef de l’Etat. « Nous sommes fatigués de la corruption, fatigués de leaders qui pensent qu’ils sont des monarques, qu’ils peuvent tout faire, être corrompus sans avoir à rendre des comptes. Voilà pour quoi nous nous mobilisons : pour l’Afrique du Sud, parce que nous sommes sud-africains ! », s’insurge Bende, jeune métis de 30 ans, venu avec sa femme et son bébé de cinq mois.
→ A relire: un rapport pointe du doigt la montée de la corruption en Afrique
Tout a démarré la semaine dernière quand le président a limogé son respecté ministre des Finances pour le remplacer par un inconnu qui lui est proche. Cela a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. L’économie est en berne, le chômage est à 25%. Une femme de ménage d’une cinquantaine d’années disait à RFI pendant la manifestation : « Je suis plus pauvre qu’il y a vingt ans, à la fin de l’apartheid. Ce n’est pas pour ça que j’ai voté ! Zuma doit démissionner ! »
Des partisans de l’ANC exaspérés
Gaye, une Sud-Africaine blanche de 70 ans, n’a jamais manifesté de sa vie. Mais là, trop c’est trop : « Zuma ne m’a pas demandé s’il pouvait utiliser mon argent pour payer sa résidence privée, Nkandla, ni pour le deal nucléaire avec les Russes. Non, je veux qu’il nous consulte. Nous sommes dans une démocratie et je refuse de voir sa résidence privée s’agrandir avec mon argent ! Il a la peau aussi dure qu’un rhinocéros, rien de l’atteint, peut-être que là, il nous écoutera. »
Les manifestants sont réalistes et savent que Jacob Zuma ne démissionnera pas mais ils veulent que l’ANC, le parti au pouvoir, se réveille et arrête de couvrir un président qui ne répond plus aux aspirations des gens. Plusieurs personnes disaient à RFI ce matin espérer qu’ils allaient « nous écouter et se rappeler que nous les avons mis au pouvoir et qu’ils doivent nous rendre des comptes ». D’autres ajoutaient très clairement : « Il faut que ce mouvement se traduise maintenant dans les urnes. Il y a des élections locales dans cinq mois ».
De fait, de plus en plus de Sud-Africains membres de l’ANC expriment ce mécontentement, de simples membres qui ont voté ANC toute leur vie et qui, aujourd’hui, disent : « Nous en avons assez ».

RFI

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top