Actualités

Emplois jeunes : Une association de défense des Etudiants et chômeurs de Guinée, interpelle le futur gouvernement (Déclaration de principe)

Photos de conférence de presse Forum économique national 052Trop longtemps, la question jeune dans le débat public a été appréhendée négativement sous le seul prisme des « associations représentatives » ou de captation de leadership que les rentiers de trafics d’influences de tout bord avaient faits un lucratif fonds de commerce.
Ce tropisme dévastateur avait réussi à occulter savamment l’urgence de son déclassement dans la réalité des enjeux publics. Au même titre que l’emploi qui est pourtant sa contrepartie nécessaire entant qu’élément intégrateur du tissu social, ces questions n’ont pas occupé dans les stratégies nationales, la priorité qu’elles méritent.
Delà, la conclusion bien légitime que cette question jeune est véritablement le trou noir des politiques publiques. Entretenant une fracture sociale insupportable entre le pays légal et sa force de relève qu’est sa jeunesse.
Pour autant, La République justice lui soit rendue, avait voulu remédier cette béance en instituant depuis l’indépendance un Ministère de la jeunesse. Mais celui-ci pris en otage dans ces postures conjecturales, qui le poussent à privilégier le symbolique sur le durable n’est pas arrivé jusqu’à présent à doter la nation d’une véritable politique de la jeunesse.
En sus cette dérive s’est aggravée à l’ère des politiques d’économies impulsées dans le sillage du libéralisme économique devenant le parent pauvre des politiques d’Etat. Cette logique, nous a convaincu que la raison de l’économie n’est plus dans l’économie elle-même, elle relève d’une orientation culturelle que d’une nécessité naturelle.
Pire, elle a théorisée l’ineptie qu’au même titre que le social, la question jeune doit attendre les embellies sur le plan économique pour être entrainer dans son sens, faisant d’elle une variable d’ajustement budgétaire.
Inutile de rappeler que la belle et candide odyssée d’une jeunesse sacrifiée commence par là. Comme un écho à la fameuse complainte des rappeurs « Génération Féé mou Lanhii » qui sonne comme une interpellation à une société qui inscrit à son fronton les valeurs, les repères éminemment républicains comme le travail, la justice, et la solidarité mais qui en oublie de les incarner dans la concrétude de ses politiques publiques.
L’entreprise est grande. Elle a au moins le mérite de confirmer que la question jeune n’est plus le monopole d’une instance étatique qui a fait la preuve de son inanité .Elle démontre qu’il ne s’agit plus d’aligner des généralités pour apporter d’authentiques réponses à ces problèmes .Elle prouve qu’il y’a au-delà des discords qui traversent la société un consensus républicain sur ce sujet. Car il n’y a qu’une seule et unique jeunesse : victime du même anti- pari sur l’avenir.
Nous proposons qu’en lieu et place de la gestion ex nihilo des questions de la jeunesse par un Ministère d’Etat, Chargé de la Lutte contre le chômage, de l’Epanouissement et de l’Insertion Socio- Professionnelle des Jeunes assisté d’une commission interministérielle car il est au croisement des priorités de la nation. Elle est inscrite en son cœur, elle doit être composée des ministères de la Réforme du Système Educatif et de Valorisation des Diplômes, de la Sécurité et de la Prévention du Terrorisme, de la Santé, de l’Hygiène et de la Prévention des Epidémies, de la Lutte contre le Chômage, de l’Epanouissement et l’Insertion Socio-Professionnelle des Jeunes, de la Promotion Industrielle, des PME et du Secteur Privé ;de la Relance Economique et du Progrès Social et du Département du Rayonnement de la Culture Guinéenne.
Le savoir et les enjeux liés à l’endiguement du sida, les questions sécuritaires liés à l’expansion de la drogue et son ordre moral, la culture comme outil d’insertion socioéconomique : voilà autant de défis que le futur gouvernement de mission devrait relever. Mon propos ici se limite à un simple discours de la méthode et ne prétend nullement tracer un programme mais définit une esquisse d’un état des lieux et l’ébauche d’une feuille de route pour la jeunesse.
Dans les jours suivants, nous associerons l’ensemble des acteurs à une initiative Trans partisane sous la forme d’une charte dédiée à la jeunesse.
En exprimant notre disponibilité totale au service du Chef de l’Etat, Prof. Alpha CONDE et du ‘’Changement’’ sur ces différentes questions. Notre association pour la défense des étudiants et chômeurs de Guinée et le Cabinet International de Management et de Consultation en Guinée (initiateur du forum économique national ‘’ La réponse des entreprises contre Ebola en 2015’’) reste mobilisés pour accompagner l’émergence d’une Guinée Is Back.
En terminant, je ne peux résister à l’idée de reprendre à mon compte ce beau slogan de campagne de Walter Veltroni candidat malheureux aux dernières élections générales en Italie : ‘’Si puo faré’’ ; ensemble nous pouvons le faire oui ensemble nous pouvons le faire.
Vive la République,
Vive le Prof. Alpha Condé, Vainqueur de l’élection présidentielle de 2015, Vive la victoire de la démocratie guinéenne,
Vive la politique au service de la paix, la cohésion et du progrès social, Vive les étudiants et chômeurs de Guinée,
Vive le vaillant peuple de Guinée.

Fodé Moussa Sylla,
Président
 

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top