A LA UNE

Assemblée Générale du RPG : Alpha Condé annonce les couleurs de son second mandat

image

C’est la première fois qu’il s’exprime devant ses militants depuis son investiture pour un second mandat. Alpha Condé était ce samedi 26 décembre au siège du RPG sis à l’aéroport. Arrivé vers la fin de l’Assemblée générale, le président Condé n’a pas dérobé à son  habitude de discours improvisé.
Durant un quart d’heure, en bon harangueur de foule le chef de l’Etat Guinée a présenté les grandes lignes de son second quinquennat. Désormais, le numéro 1 Guinéen ne veut donner aucune place à l’impunité. « La loi sera appliquée », lance Alpha Condé devant une assistance surchauffée. Et pour donner un coup de pouce à la police et au ministère de l’aménagement du territoire qui, ces derniers temps s’investissent respectivement à débarrasser Conakry des encombrants physiques et à récupérer les domaines de l’Etat occupés par les particuliers, le président Condé persiste et signe : « tous ceux qui occuperont les domaines de l’Etat seront délogés. Que tu sois ministre, premier ministre ou militant du rpg on s’en fou ». Plus loin, il s’adressera aux femmes ayant occupé les emprises des artères publiques en ces termes : « Si vous vous opposez à loi, vous serez arrêtés ».
Visiblement, le président Guinéen opère une rupture entre son premier mandat au cours duquel il a été critiqué par la population pour son inaction face à l’impunité et le second qu’il veut rigoureux.
Aux chefs de quartiers, Alpha Condé n’a pas fait de cadeau. Il promet d’engager une lutte sans merci à tous ceux parmi eux qui se livreraient à la vente de  domaines. D’ailleurs il compte « reconquérir » toutes les parcelles vendues après la publication de son décret il y’a un an interdisant toute vente de terrain par les chefs de quartiers. Pour atteindre son objectif, le président de la république se tourne vers la population pour la remontée des informations.
Avant d’achever son discours, le président s’est adonné à une sorte d’humour qui a pourtant un sens significatif. « Comme les femmes se plaignent de la cherté de la viande, je vais nommer un premier ministre ». Il emploi bien le mot nommer. Est-ce une façon de dire que la page Saïd Fofana est tournée ? Les jours à venir nous en édifieront.

Bangaly Kourouma

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top