Actualités

Travail-transparence-traçabilité, le triptyque sous lequel le nouveau ministre Siaka Barry, placera ses actions( Discours de prise de fonctions)

SiakaExcellence Messieurs les Membres du Gouvernement,
Honorables députés de l’Assemblée nationale,
Chers collaboratrices et collaborateurs des départements concernés,
Mesdames et Messieurs les invités tous à vos rangs et grades respectifs,

Permettez-moi en ce jour hautement significatif pour ma jeune carrière de louer la magnanimité du Tout-puissant Allah qui a rendu possible cette heureuse occasion qui nous réunit aujourd’hui ; gloire à lui pour nous avoir prêté vie et santé afin d’assister aujourd’hui à la présente cérémonie. Beaucoup de nos collaborateurs qui étaient parmi nous l’an passé n’auront pas cette chance cette année de continuer avec nous la bataille pour le développement : ayons donc une pensée pieuse pour eux. Dans ce registre, je ferais une mention toute particulière à l’endroit de feu Ahmed Tidiane Cissé, figure désormais emblématique de la culture guinéenne, qui nous a quitté le 6 janvier 2015 après une longue maladie. Simple hasard de calendrier ou calcul insondable de la providence, c’est aujourd’hui le 7 janvier 2016 (soit un an jour pour jour) qu’aura lieu cette passation de service. Voilà pourquoi, je demanderais humblement à toute l’assistance de bien vouloir observer une minute de silence à la mémoire de l’illustre disparu.
Mesdames et Messieurs,
Il ne serait pas superflu pour moi d’entrée de jeu, de remercier Mr le Président de la République, pour l’inestimable confiance qu’il a bien voulu placer en toute la jeunesse de Guinée, en dédiant son mandat en cours aux jeunes et aux femmes, et en faisant de nous, les porte-flambeau de cette volonté au sein du nouveau gouvernement.
Dans le dispositif stratégique qui devrait être la rampe de lancement de cette ambitieuse vision d’émergence si chère au Pr Alpha Condé, nous déclarons sans fausse modestie que le département de la Culture des sports et du patrimoine historique se doit désormais d’être un levier majeur au service du développement de notre pays.
La fusion de ces différents départements en un seul, loin d’être un mépris pour l’un quelconque de ces sous-secteurs, traduit une réelle volonté politique de la part du Chef de l’Etat, de recentrer les efforts étatiques, dans une démarche holistique pour plus d’efficacité et de dynamisme.
Il est indéniable que le sport et la culture sont au service de la transmission des valeurs et des principes. Le sport est au corps, ce que la culture est à l’esprit, tous les deux, et ensemble, ils préparent le corps et l’esprit à l’humanisation, en faisant de l’Homme un être supérieur.
En ce qui concerne le domaine exclusif de la Culture, la situation actuelle est préoccupante au regard de ce qu’elle était dans un passé récent, ou de ce qu’elle devrait être au regard des énormes potentialités culturelles de notre pays. S’il est vrai comme le disait Edouard Herriot, que « la culture est ce qui reste quand on a tout oublié », malheureusement aujourd’hui en Guinée la culture est ce qu’on oublie quand on se souvient de tout.
La culture était pourtant naguère au service des grandes réussites que notre pays a connues au plan international (Ballets Djoliba, Ballets Africains, les grandes formations orchestrales qui ont fait la fierté de notre pays, le Bembeya Jazz, les amazones de Guinée, le Horoya Band, Keletigui et ses tambourinis, Balla et ses Balladins, pour ne citer que ceux là).
En jetant ce regard rétrospectif, nous constatons avec amertume que le fossé est aujourd’hui grand entre la place de choix occupée par la culture guinéenne dans ses années fastes, et cette place de figurant ou de piètre plagiat qu’est la notre aujourd’hui sur l’échiquier africain.
Comment redorer le blason de ce grand malade ? Comment redonner à cette culture son lustre d’antan ? Comment mettre la culture au service des priorités de développement de notre pays ? La réponse à ces questions, vaut la conception et la mise en œuvre de toute une politique culturelle à laquelle je compte exclusivement m’atteler à la tête de ce département.
Excellences Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs,
Ce n’est pas de gaieté de cœur, que je dresse ce réquisitoire au vitriol sur la culture guinéenne. Ce n’est nullement pas une façon d’occulter les énormes sacrifices consentis par chacun d’entre vous au quotidien en vue de redonner vie à ce secteur léthargique. Je suis conscient de vos pénibles réalisations, de votre ardeur à engranger quelques laborieux résultats sous l’impulsion des ministres précédents dont Mohamed Amirou Conté que je salue ici très fraternellement. Je vous tiens l’engagement de rester le fidèle continuateur de ces œuvres au service d’une nouvelle vision sous le leadership du Pr Alpha Condé.

Cette vision affirme des choix stratégiques, qui vont être dans les prochaines années axés sur une culture guinéenne qui retrouve son rayonnement d’antan, dans un contexte d’ouverture et de globalisation, qui préserve et promeut l’ensemble du patrimoine guinéen, avec des produits culturels diversifiés et une mise en valeur des bonnes pratiques et des bons comportements favorables au développement culturel intégral.
Un accent particulier sera mis sur la préservation et la réhabilitation de notre patrimoine historique qui pourrait à son tour, avoir un effet indu sur le développement du tourisme (moteur de la croissance économique).
Mesdames et Messieurs
Le diagnostic dans le domaine sportif n’est pas aussi plus reluisant comparé au passé sportif glorieux de notre pays. En effet, face à l’énorme défi que pose le secteur des sports, l’une des questions qui se pose aujourd’hui est de savoir où et dans quelles conditions développer les activités physiques et sportives à travers une pratique généralisée, une performance sportive avec des installations sportives adaptées aux besoins actuels de la jeunesse.
On ne saurait répondre favorablement à cette question si le cadre juridique et réglementaire n’est pas bien défini, si une politique de développement des infrastructures sportives n’est pas adoptée et si une politique sportive cohérente n’est pas soutenue.
C’est pourquoi en nous inscrivant dans la vision de Monsieur le Président de la République le Professeur Alpha CONDE, l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations de football en 2023 est une ultime occasion de résoudre l’épineuse question des infrastructures sportives nationales, ce qui demandera une forte volonté de l’ensemble des décideurs et des acteurs sportifs.
Mesdames et Messieurs chers collaborateurs.
Vous mesurez avec moi l’immensité de la tâche qui nous attend. La création pour la seconde mandature dans notre pays d’un Ministère de la Culture, des Sports et du Patrimoine Historique est un acte politique hautement salutaire. Elle est une opportunité dont il faut se saisir en vue de faire du Sport et de la culture une priorité nationale, et pourquoi pas un enjeu majeur de développement global harmonieux.
En tout état de cause, le défi qui nous interpelle ensemble et que nous sommes condamnés à relever portera entre autres sur : l’amélioration de l’environnement réglementaire, juridique et institutionnel du sport, la qualification des ressources humaines au service du développement du Sport, la dynamisation des structures et mécanismes d’animation du Sport, la relance du Sport scolaire et universitaire, l’amélioration des infrastructures sportives (je mettrais un focus particulier sur l’opérationnalisation immédiate du stade de Nongo, pour y accueillir enfin après plusieurs années d’attente, nos grandes rencontres internationales) et la diversification des sources de financement du Sport.
Je saisis cette opportunité pour rassurer l’ensemble des fédérations sportives que durant mon séjour à la tête de ce département, aucune discipline sportive ne sera privilégiée par rapport à une autre. Toutes les disciplines sportives pratiquées en guinée seront traitées sur le même pied d’égalité. En revanche j’exigerais des uns et des autres la performance et des résultats concrets face aux objectifs fixés.
Vous conviendrez avec moi que tout cela n’est possible et réalisable que si nous constituons une équipe unie, solidaire, volontaire, respectueuse des normes de travail et de la bonne gestion des ressources mises à notre disposition. Pour ma part, je veillerais à l’application stricte de ce triptyque (en 3T) : travail, traçabilité et transparence. Enfin et par anticipation, je souhaite bonne et heureuse année à tous et à chacun ; que l’année 2016 soit pour nous celle de la renaissance culturelle et sportive en Guinée.
Ensemble changeons la guinée
Vive la Culture, vive le Sport, vive la préservation de notre patrimoine historique.

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

To Top