Actualités

Promotion des langues africaines : Bamako a abrité la cuvée 2016 du salon de l’écrit et du livre en langues africaines

Bamako1La première édition du Salon de l’écrit et du livre en langues africaines (SAELLA) qui a regroupé les professionnels du livre, des spécialistes des langues africaines et des hommes de culture du Sénégal, du Burkina, de la Côte d’ivoire, du Niger, de la Guinée Conakry, du Mali et de divers horizons, a été marquée par plusieurs conférences-débats et des expositions des livres écrits dans nos langues africaines.

La première édition du Salon de l’écrit et du livre en langues africaines (SAELLA) s’est tenue du 20 au 23 janvier 2016 au Palais de la culture Amadou Hampâté Bah de Bamako.

L’événement a été placé sous le thème « écrire et éditer en langues africaines : état de lieux et perspectives ».

La cérémonie d’ouverture était présidée par la ministre de la culture, de l’artisanat et de tourisme du Mali, Mme N’DiayeRamatoulaye Diallo. Elle était assistée de Hamadou Konaté, président du comité d’organisation et l’organisation malienne des éditeurs de livres (OMEL), et de Abdoulaye Fodé Ndione, président d’Afrilivres.

Durant quatre jours, les professionnels du livre, des spécialistes des langues africaines et des hommes de culture du Sénégal, du Burkina, de la Côte d’ivoire, Niger, de la Guinée Conakry et de divers horizons ont échangé autour de plusieurs thématiques notamment l’état des lieux de l’édition et des politiques du livre dans les langues africaines et les perspectives.

Ils ont discuté également de la problématique des langues africaines et des nouvelles technologies. Le salon fut marqué par la réunion du bureau Afrilivres, du comité scientifique et du comité d’organisation afin d’évaluer le SAELLA et de préparer les perspectives.

Les éditeurs et auteurs ont partagé également leurs expériences de productions en langues nationales dans un contexte de diversité linguistique.

Des expositions de livres écrits dans nos langues africaines se sont tenue aussi durant le salon.

A noter que la république de Guinée a été représentée par la maison d’édition Gandal. Des ouvrages guinéens principalement en pular et en maninka, ainsi que des publications en n’ko y furent donc exposé durant les quatre journées du salon.

Pour le ministre de la culture, de l’artisanat et du tourisme malien, Mme N’DiayeRamatoulaye Diallo, ce salon est un espace de promotion de nos diverses langues avant de se réjouir de la tenue de cette première édition au Mali.

NafadjiSory CONDE

Commentaires

commentaires

Ajouter un commentaire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

To Top