A LA UNE

Ebola: la coordination de riposte, l’Oms et l’Unicef face à la presse

IMG_20160128_135012« Un mort qui est porteur d’Ebola c’est une bombe atomique en matière de virus Ebola, c’est au tour des cadavres qu’il y a eu les plus grandes catastrophes », s’est exclamé Mohamed BELHOCINE, représentant de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au cours d’une conference de presse co-animée par la coordination de la cellule nationale de riposte à Ebola;  l’OMS et l’UNICEF. L’événement s’est tenu ce jeudi 28 janvier 2016 au siège de la Coordination sis à la cité chemin de fer.  

L’objectif de cette rencontre avec la presse étant de rappeler la nécessité pour la Guinée de renforcer la surveillance pendant une période de quatre vingt dix (90) jours, après la déclaration de la fin de cette épidémie.

Ce, juste quelques jours après un communiqué du gouvernement guinéen intervenu le 26 janvier 2016, allant dans le même sens.

« Il y a un lien très étroit entre la déclaration de fin d’Ebola de l’OMS et la déclaration du gouvernement datant du 26 janvier 2016 (invitant la population à poursuivre le respect des mesures préventives, malgré la fin de l’épidémie NDLR) », a indiqué Mohamed BELHOCINE.

Rappelant qu’il reste encore aux guinéens soixante deux (62) jours de possibilité de résurgence de l’épidémie d’Ebola, dans le cadre du respect des quatre vingt dix (90) jours de renforcement de la vigilance après la déclaration de fin d’Ebola intervenue le 29 décembre 2015, le représentant  de l’OMS s’est montré choqué de savoir que l’euphorie de la fin d’Ebola ait poussé certains au  relâchement du lavage des mains ainsi que des autres mesures d’hygiène.

Dans les jours à venir, selon le chargé de communication de la coordination, un plan sera adopté et rendu public avant d’être mis en pratique.

Mais pourquoi l’OMS et la Coordination ne se sont manifestés qu’après le communiqué du gouvernement ? L’OMS dit qu’elle n’avait pas que déclaré la fin de l’Ebola en décembre 2015, mais elle avait aussi et surtout appelé au renforcement des mesures  préventives. Monsieur BELHOCINE defendra que l’OMS a toujours poursuivi la tenue de ses réunions.

Thierno Amadou CAMARA

Commentaires

commentaires

To Top